État d'urgence en France: quelles sont les mesures prises?

Etat d'urgence: quelles sont les mesures prises?
Etat d'urgence: quelles sont les mesures prises? - © FRANCK FIFE - AFP

Quelques heures après le début des attaques terroristes qui ont ensanglanté Paris hier soir, le président français François Hollande a décrété l'état d'urgence dans toute la France. Une mesure exceptionnelle, très rare et aux nombreuses implications.

Tout d'abord, cette mesure restreint la liberté des citoyens français et renforce les moyens de contrôle de l'État. Les autorités peuvent décréter des couvre-feux mais aussi de prononcer des interdictions de territoire ou à fermer des lieux publics comme des salles de spectacle, des lieux de réunions ou des cafés.

Conséquences pour la presse et le judiciaire

La presse écrite et audiovisuelle est également impactée car elle peut être contrôlée. Mais surtout, lorsque l'état d'urgence est requis, la justice est dessaisie de certaines prérogatives essentielles : les forces de l'ordre ont des pouvoirs accrus et ont le droit de perquisitionner, de jour comme de nuit, sans avoir besoin d'un mandat. Les militaires peuvent aussi être déployés pour faire face à toute menace. c'est d'ailleurs le cas à Paris où 1500 militaires ont été mobilisés par le président français.

C'est la sixième fois que l'état d'urgence est décrété sur des parties ou l'entièreté du territoire français depuis qu'il a été instauré dans une loi qui date de 1955. La dernière fois qu'il avait été annoncé, c'était par Jacques Chirac le 8 novembre 2005 lors des émeutes dans les banlieues françaises.

Contrôles renforcés en Belgique

Le Premier ministre belge, Charles Michel, a de son côté annoncé le renforcement des contrôles aux frontières et notamment à la frontière franco-belge. Les contrôles sont aussi renforcés, dans les gares et les aéroports. C'est une première série de décisions prises par notre gouvernement qui n'a cependant pas décidé de relever le niveau d’alerte terroriste. Des militaires ont néanmoins été envoyés en renfort devant l'ambassade française à Bruxelles. Le Conseil national de sécurité, présidé par Charles Michel, doit se réunir ce matin pour analyser à nouveau la situation.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK