Des portiques de sécurité pour les Thalys en France avant Noël, c'est confirmé

La France installera avant le 20 décembre des portiques de sécurité pour l'accès aux lignes ferroviaires Thalys, menant à la Belgique et aux Pays-Bas, comme ce qui existe déjà pour l'Eurostar à destination du Royaume-Uni, a confirmé dimanche la ministre française des Transports, Ségolène Royal. En Belgique, le renforcement des mesures de sécurité sur les lieux de départ et d'arrivée des trains internationaux à grande vitesse est à l'étude, confirme le cabinet de la ministre fédérale de la Mobilité Jacqueline Galant.

"Ce seront des contrôles simplifiés uniquement pour détecter les armes et les explosifs", indiqué la ministre française Ségolène Royal dans un entretien aux médias Europe 1, Le Monde et iTELE.

"Ca se fera comme l'Eurostar, l'Eurostar c'est 15 minutes avant" le départ, a-t-elle indiqué. "Il y a des progrès technologiques considérables, maintenant il y a des portiques mobiles qui ne détectent que (...) les explosifs ou les armes. Il n'est pas question d'embêter les voyageurs avec les produits, les tubes de dentifrice, les limes à ongles etc...", comme ce qui se fait dans les aéroports depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

Des brigades canines pour la détection d'armes et d'explosifs seraient aussi déployées, a dit la ministre. "Nous allons lancer un plan de déploiement et de formation de nouvelles brigades canines dans les transports publics".

Concernant les trains à grande vitesse (TGV) qui desservent les villes de province et ensuite l'étranger, dans l'est, le sud et l'ouest de la France, Mme Royal n'a pas pris d'engagement pour l'instant. L'installation de portiques pour le Thalys permet de réaliser "un test grandeur nature", selon elle.

Un train Thalys reliant les Pays-Bas à Paris a été la cible d'un attentat fin août dans le nord de la France. Après des tirs ayant fait quelques blessés, l'agresseur présumé avait été maitrisé par des passagers et remis à la police.

Interrogée sur la sécurité de l'accès aux pistes des aéroports, Mme Royal a indiqué qu'elle avait été renforcée. "C'est fait, il y a eu un renforcement très important des contrôles avec la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), de mon ministère, qui a mobilisé ses moyens", a-t-elle dit en indiquant que c'était également le cas des sites dits "Seveso" (industries sensibles et transports).

Des graffitis en arabe ont été découverts sur quatre avions de la compagnie britannique Easyjet et un avion de la compagnie espagnole Vueling dans des aéroports français, dont au moins un "Allah Akbar", avait-on indiqué samedi de source policière et aéroportuaire. Trois cas ont été constatés à l'aéroport de Lyon (centre-est), et deux cas à Roissy-Charles-de-Gaulle, près de Paris, selon une source policière.

Une des hypothèses privilégiées par les enquêteurs est que ces inscriptions aient été inscrites avant l'arrivée de ces avions sur les plateformes aéroportuaires françaises, selon Mme Royal.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK