Attentats de Paris: un lien possible entre les terroristes de Charlie et ceux du Bataclan

Une équipe d'intervention spéciale arrête Farid Melouk le 5 mars 1998. Il était alors membre du GIA algérien.
Une équipe d'intervention spéciale arrête Farid Melouk le 5 mars 1998. Il était alors membre du GIA algérien. - © OLIVIER MATTHYS - BELGAIMAGE

Un nouveau personnage apparaît dans la nébuleuse terroriste en France. Farid Melouk, un vétéran français du djihadisme des années 90, est peut-être le trait d’union entre les auteurs des attentats de janvier (Charlie Hebdo) et ceux de novembre (Bataclan) à Paris.

C’est le site de Mediapart qui établit le lien entre l’ancienne génération de terroristes, active dès avant l’an 2000, et la nouvelle garde des Kouachi et Abdelhamid Abaaoud. Avec la crainte de voir les anciens transmettre leur réseau et leurs capacités logistiques à la nouvelle vague de djihadistes.

Mediapart a publié une photo trouvée sur le téléphone de Hasna Aït Boulahcen, la cousine d’Abaaoud tuée lors de l’assaut de Saint-Denis au lendemain des attentats de Paris du 13 novembre. Le cliché, envoyé deux mois avant les attaques, montre Abaaoud aux côtés de celui qui semble être Farid Melouk. La photo a sans doute été prise en Syrie, ou la Franco-algérien aurait établi un camp d’entraînement de djihadistes.

Melouk, le lien entre Kouachi et Abaaoud

Si le nom de Melouk semble inconnu, il fut une figure historique du terrorisme dans les années 90. Sa spécialité était l’aide aux djihadistes impliqués dans des attentats en France avant l’an 2000. Ce vétéran d’Afghanistan a appartenu au GIA algérien et préparait, en 1998 un attentat contre la coupe du monde de Football. Plus récemment, Melouk avait rencontré, en 2010, Chérif Kouachi, rendu tristement célèbre par les attentats contre Charlie hebdo.

La photo retrouvée par Mediapart permet, pour la première fois, d’établir un lien entre les attentats contre Charlie (Chérif Kouachi) et ceux du Bataclan (Abaaoud).

Leur lien commun, Farid Melouk, est connu pour son réseau de haut vol. Mediapart rapporte qu’en 2010, la police antiterroriste avait filmé Melouk dans le Cantal en compagnie de Djamel Belghal, un autre vétéran du djihad , et dont la réputation est celle d’une théologien. Le troisième homme n’est autre que Chérif Kouachi. Selon la police française, Melouk est dans l’état d’esprit du combattant qui désire mourir en martyr.

Une telle promiscuité entre des terroristes de deux générations pourrait laisser présager le passage de témoin à la "jeune garde" avec, pourquoi pas, le transfert des carnets d’adresses, des planques et des sources d’approvisionnement d’armes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK