Salah Abdeslam a été mis en examen par les magistrats instructeurs français

La prison de Fleury-Mérogis
3 images
La prison de Fleury-Mérogis - © ERIC FEFERBERG - AFP

Dans un communiqué publié vers 18H30, le procureur de la République annonce que Salah Abdeslam a été mis en examen ce mercredi des chefs de 6 inculpations, dont la participation à une association de terroristes, des assassinats en bande organisée, la séquestration en vue de préparer la commission d’un crime et la détention de  produits incendiaires et d’armes de guerre. Salah Abdeslam a été placé en détention provisoire.

Ce mercredi matin, c'est par hélicoptère que Salah Abdeslam avait quitté le territoire belge. Le GIGN français l'a pris en charge pour ce transfèrement qui s'est passé dans la plus grande discrétion.

Salah Abdeslam a été extrait de sa prison de Beveren, 10 jours après son arrivée dans cet établissement. Il a été emmené en voiture jusque Melsbroek puis par la voie des airs. Tout s’est passé sans incident.

Salah Abdeslam était présenté cet après-midi aux 6 juges d'instruction en charge du dossier des attentats du 13 novembre, dossier pour lequel le suspect sera mis en examen (l'équivalent d'une inculpation en Belgique). Son avocat français Franck Berton est à ses côtés.

Il sera également présenté aux juges des Libertés qui devront fixer ses conditions de détention en France. Le parquet qui avait requis son placement en détention provisoire, l'a obtenu. Salah Abdeslam sera incarcéré dans la prison de Fleury-Mérogis, à 30 km de Paris. Il sera incarcéré dans un quartier d'isolement, a annoncé le ministre français de la Justice, Jean-Jacques Urvoas. "Il sera pris en charge par une équipe de surveillance dédiée, composée de surveillants aguerris, formés à la détention des personnes réputées dangereuses", a-t-il précisé.

Le transfert d’autres inculpés dans ce dossier pourrait d’ailleurs suivre très prochainement.

Le seul survivant des commandos djihadistes qui avaient tué 130 personnes à Paris et dans sa banlieue avait été arrêté le 18 mars à Bruxelles après plus de quatre mois de cavale. Les autorités françaises avaient délivré un mandat d'arrêt européen le 19 mars pour qu'il soit transféré en France.

Abdeslam pourra encore être temporairement remis à la Belgique

Le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) ne fait pas de commentaires sur la remise de Salah Abdeslam à la France mercredi. Son cabinet souligne toutefois qu'il pourra encore être temporairement remis à la Belgique si cela s'avère nécessaire.

La remise à la France de l'un des principaux suspects des attentats à Paris ne pose pas de problème pour l'enquête belge, souligne-t-on au cabinet du ministre. "Si la présence de Salah Abdeslam en Belgique est requise, par exemple pour une comparution devant la justice belge, la loi prévoit qu'il pourra être remis temporairement à la Belgique."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK