Attentats à Paris: la Marseillaise retentit au parlement belge

Les présidents de la Chambre et du Sénat, Siegfried Bracke et Christine Defraigne, ont également adressé leur mot de soutien à la France.
2 images
Les présidents de la Chambre et du Sénat, Siegfried Bracke et Christine Defraigne, ont également adressé leur mot de soutien à la France. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

La Marseillaise a retenti dimanche dans l'hémicycle de la Chambre des représentants à l'occasion d'une Fête du Roi placée sous le signe de la solidarité avec la France après les attentats qui ont endeuillé Paris.

Traditionnellement, une séance académique est organisée au parlement le 15 novembre. L'ambassadeur de France, Claude-France Arnould, a été invitée à s'exprimer. Elle a remercié la Belgique pour l'"intensité de la sympathie" qu'a manifestée le royaume, insistant sur les liens d'amitié et de fraternité qui liaient les deux pays. "Nous avons en commun la douleur et la nécessité d'action", a-t-elle ajouté.

"Solidarité absolue"

"Notre solidarité avec la France est absolue", a affirmé le premier ministre Charles Michel. "Nous menons main dans la main la lutte contre le terrorisme et le radicalisme".

Les auteurs des attentats veulent semer la panique, a-t-il averti, avant de mettre en garde contre toute stigmatisation de l'islam. "Personne ne tue au nom d'une religion. Ils tuent au nom de la haine. L'islam est une religion pacifique, de compassion et de tolérance. Les terroristes abusent de l'islam dans leur lutte pour un Etat totalitaire. Il n'y a pas de doute: l'islam n'a rien à voir avec le terrorisme".

Les présidents de la Chambre et du Sénat, Siegfried Bracke et Christine Defraigne, ont également adressé leur mot de soutien à la France avant que les Choeurs de l'Opéra de Wallonie n'entonnent la Marseillaise suivie de la Brabançonne devant le roi Albert, la reine Paola, la princesse Astrid et le prince Lorenz.

Le Roi a voulu transmettre un message

Philippe a voulu témoigner de son soutien après les attentats de Paris et a transmis un message que Charles Michel a lu à la Chambre:

J’ai eu l’occasion de m’entretenir avec le Roi. Il a souhaité que je transmette le message suivant: "Le Roi mesure la profonde douleur qui touche les proches de toutes les victimes des attentats d'hier à Paris. Il nous appelle à vivre et à défendre plus que jamais les valeurs de respect de l'autre, de dépassement des préjugés et de refus de la violence".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK