Attentats à Paris: Thalys ouvert à discuter de l'échange des listes de passagers mais pointe le côté pratique

La société ferroviaire Thalys s'est dit ouverte à une discussion avec le gouvernement fédéral sur l'introduction d'un système "PNR" permettant la transmission de listes de passagers afin de lutter plus efficacement contre le terrorisme. Elle fait toutefois remarquer que son système de billetterie se caractérise par une grande flexibilité et qu'un certain nombre de problèmes pratiques pourraient se poser.

Contrôler les passagers

Le gouvernement a annoncé jeudi qu'il voulait prendre l'initiative d'un système PNR (passenger name records) face au blocage du projet au parlement européen. Il veut de la sorte contrôler les listes de passagers des avions et des trains à grande vitesse internationaux.

Le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, est chargé de présenter un texte concrétisant cette intention d'ici la fin de l'année. Il imposerait aux compagnies aériennes et de chemins de fer de transmettre leurs listes de passagers un nombre déterminé d'heures avant leur départ. Les services de sécurité pourraient dès lors tenter de repérer les noms de personnes signalées pour cause de radicalisme et disposer de données exploitables pour étudier, par exemple, les trajets empruntés par des personnes suspectes.

Aspects pratiques

Outre des aspects juridiques, des aspects pratiques doivent également être réglés. Thalys permet ainsi à ses passagers d'acheter un billet quelques minutes avant leur départ ou de se procureur un billet flexible qui ne mentionne pas une heure de départ précise.

"Si le système était mis en place aujourd'hui, cela poserait un certain nombre de problèmes pratiques", a-t-on indiqué chez Thalys.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK