Amar Lasfar, recteur de Mosquée: "J'attends du positif de ce drame"

Comment en est-on arrivé là ? 

"Moi aussi je me le demande", répond Amar Lasfar "Nous sommes sous le choc nous les musulmans et le reste de la société. Est-ce que c’était prévisible ? Je ne le pense pas. Est-ce qu’on s’attendait à ce genre de chose ? Peut-être mais pas dans ces proportions. Hier sur France 2 j’ai qualifié cet attentat de guerre déclarée à la France et quand on déclare la guerre à la France on la déclare aussi à ceux qui composent la France, à sa population et à ses six millions de musulmans."

Est-ce que les français qui ne sont pas de culture musulmane et ceux de culture musulmane ne se regardent pas en chien de faïence depuis trop longtemps ?

"Il y a des problèmes techniques comme dans toutes les sociétés et ce n’est pas uniquement en France. Oui il y a des malentendus et de préjugés, des problèmes d’intégration, d’insertion, des problèmes économiques et le contexte international n’arrange pas les choses. De là à les régler par les armes et à déclencher une guerre, je ne le pense pas. Les problèmes sont techniques et les solutions doivent être techniques."

​Est-ce que les français de culture musulmane, les européens de culture musulmane doivent s’exprimer particulièrement suite à cet événement ?

"Ils doivent s’exprimer en tant que citoyen d’abord parce qu’il est de leur devoir de s’exprimer comme tous les citoyens de France. C’est une guerre qui nous est à tous déclarée. Il parait que c’est au nom d’Allah et qu’ils ont soi-disant vengé le prophète. Est-ce que le prophète a besoin d’être vengé ? Est-ce que quelqu’un a mandaté telle ou telle personne pour venger le prophète ? Sachez en tout cas que le prophète a vécu dans la paix et la sérénité, dans le calme. Il n’a jamais remis en cause le contexte dans lequel il a évolué."

Certains craignent un électrochoc positif, d’autres une montée de Marine Le Pen ?

"Moi je suis de ceux qui attendent quelque chose de positif de ce drame. C’est vrai qu’il y a des journalistes, des caricaturistes de renom que nous avons perdu mais selon moi ça va consolider les liens entre les communautés et le reste de la société, à commencer par Marie Le Pen hier soir sur France 2. Elle a été très positive dans sa déclaration où elle déclarait vouloir épargner la communauté musulmane dans sa totalité."

Est-ce qu’on est vraiment sur la corde raide ?

"L’intégration des musulmans et l’insertion des musulmans dans la société occidentale doit passer par un certain nombre de turbulences mais après ces zones de turbulences il y aura de l’entente et de l’entraide."

Concrètement que faut-il faire ?

"Il faut être citoyen et mettre en avant ce que nous partageons, mettre en avant les valeurs auxquelles nous croyons, la tolérance, le respect, la démocratie. Nous sommes dans un pays dont nous sommes fiers. Oui nous avons des problèmes économiques et des problèmes d’insertion, nous avons quelques brebis galeuses qui appellent à l’islamophobie et à l’exclusion comme Eric Zemmour mais nous sommes dans un pays garant des libertés et nous évoluons dans ce contexte."

Vous êtes positif sur l’avenir ou c’est une manière de faire bonne figure ?

"Non, je suis positif de nature sinon je ne serai pas ici. Et ai-je réellement le choix ? J’ai un pays qui s’appelle la France, j’aime mon pays et j’essaye de le défendre par tous les moyens. J’espère que tout le monde finira par comprendre que je suis quelqu’un de bien, qui répand le bien et qui est d’abord citoyen et musulman par la suite."

RTBF

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK