Une belle opération poli... tique autant que policière

Une belle opération poli... tique autant que policière
Une belle opération poli... tique autant que policière - © Tous droits réservés

La N-VA, à travers le gouvernement fédéral, vient probablement de réussir un coup que le plus inventif des auteurs de politique-fiction n'aurait pas oser écrire.

Ce coup a déjà un nom dans la presse anglophone: le Brussels Lockdown!

Magnifique réalisation qui mériterait d'être analysée avec un minimum d'esprit critique.

Si la poursuite des enquêtes conséquentes aux tragiques événements de Paris s'impose comme la traque de toutes les personnes liées de près ou de loin aux réseaux de l'Etat islamique, fallait-il pour autant en venir à "boucler" Bruxelles, une capitale qui est aussi le siège de l'UE, jusqu'à en faire une ville morte à grand renfort de communication alarmiste?

On peut raisonnablement en douter, car c'est se priver de manière générale et définitive de l'effet de surprise nécessaire à des opérations policières ciblées, l'investissement par exemple d'un "appartement conspiratif" comme on dit à Paris.

Au plan psychologique, quelle magnifique démonstration de la puissance, non pas de l'Etat belge mais des terroristes lorsqu'on s'avoue incapable de d'assurer la sécurité de nos concitoyens dans leur vie quotidienne?

Sans parler de l'angoisse générée dans une population, non seulement réduite à rester chez elle, mais qui plus est invitée à ne pas communiquer sur ce qu'elle pourrait être amenée à voir des opérations en cours pour ne pas gêner le travail de la police.

Des menaces décelées par nos services de renseignements d'attentats imminents sur des lieux publics à forte concentration de population?

Soyons lucides, c'est là la cible logique de toute entreprise terroriste de masse comme la pratique une organisation telle que l'EI, par conséquent cette menace existait déjà et elle subsistera tant que l'EI et ses filiales ne seront pas anéantis, ce qui n'est pas pour demain...

Il nous faut apprendre à vivre avec cette menace permanente, comme le font les Israéliens depuis des lustres.

La question est pourquoi Bruxelles, et accessoirement Charleroi? N'y a-t-il pas d'autres foyers de sympathisants djihadistes dans ce malheureux pays?

Cela méritera assurément quelques interpellations de nos parlementaires de l'opposition dans les jours prochains s'ils ne sont pas complètement anesthésiés!

Car ou bien ces renseignements évoquant des attentats imminents sont exacts et précis et on débusque les auteurs dans leurs tanières bruxelloises ou carolorégiennes, ou bien ces renseignements sont vagues, imprécis, ou même fantaisistes sinon fabriqués, et on fait forcément chou blanc dans les interventions policières qui s'ensuivent, comme on peut le craindre en l'espèce, lorsque le parquet fédéral annonce qu'aucune arme, aucun explosif n'ont été découverts à l'occasion des 22 perquisitions opérées ce W-E.

Alors, qu'en est-il ?

Ne serait-on pas plutôt face à une instrumentalisation de la situation que génèrent les horribles attentats de Paris visant une fois de plus à démontrer que les problèmes qui rongent la Belgique trouvent cette fois-ci encore, et comme toujours, leur origine à Bruxelles, cette pseudo région incapable de se gérer elle-même, et en Wallonie, ce PSistan, mais non en Flandre.

Au demeurant si l'opération policière échoue, le gouvernement fédéral n'aura-t-il pas beau jeu de stigmatiser l'absence ou l'insuffisance des informations collectées sur le terrain par les polices de Bruxelles, complément indispensables des renseignements recueillis par la Sûreté, ou reçus des services étrangers, par nature invérifiables et donc incontestables ceux-là.

Il y a fort à parier que l'on verra poindre dans un proche avenir dans le Nord du pays un nouveau plan pour Bruxelles, l'unification de ses 6 corps de police locales par exemple, vieille idée écartée lors de la réforme des polices, avant de viser l'unification des 19 communes, autre vieux projet des milieux flamands.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK