Salah Abdeslam a téléphoné à un détenu à la prison de Namur le soir des attentats de Paris

Où se trouve Salah Abdeslam ? C’est la question que se posent toutes les polices d’Europe. L’homme fait l’objet d’un mandat d’arrêt international. Les enquêteurs le considèrent comme le logisticien présumé des attentats de Paris.

Grâce à l’enquête de téléphonie, on en sait désormais davantage sur les contacts de Salah Abdeslam après les attentats. L’homme a bien tenté de brouiller les pistes en changeant la carte à puce de son téléphone portable dans un commerce du 18ème arrondissement de Paris. Mais les enquêteurs ont pu retrouver les bornes qu’il a activées pour joindre des personnes en Belgique.

L’une de ces bornes mène à la prison de Namur, chez un jeune détenu originaire de Molenbeek-Saint-Jean qui est actuellement incarcéré pour un délit de droit commun. L’homme n’est pas repris dans la liste des personnes radicalisées remise à la commune de Molenbeek par l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM), au contraire des frères Abdeslam.

Mais il a des antécédents judiciaires en matière de vol. Et il détenait un téléphone portable en prison. Le détenu est issu du même quartier qu'Abdeslam et a environ le même âge.

On sait aussi que Salah Abdeslam lui a rendu visite à au moins deux reprises en prison, pour une raison que l'on ignore encore. La dernière visite date de début octobre, soit un mois avant les attentats de Paris. Voilà qui pose une fois encore la question de la surveillance des personnes radicalisées.

Sûreté et police fédérale étaient-elles au courant de ces visites en prison de Salah Abdeslam ? La direction de la prison était-elle pour sa part au courant du profil "radicalisé" de Salah Abdeslam ? La balle est désormais dans le camp des autorités publiques et de l’administration pénitentiaire.

Le parquet a déjà indiqué qu'il ne souhaitait pas faire de commentaire pour l'instant.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK