Des suspects de terrorisme épiaient un responsable du centre nucléaire de Mol

Le parquet fédéral a confirmé ce mercredi cette information inquiétante: un haut responsable nucléaire du pays était espionné, placé sous surveillance, par de potentiels terroristes.

Lors des perquisitions menées dans la foulée des attentats de Paris, la police a découvert une vidéo qui se centrait sur ses allées et venues. Depuis le mois de novembre, les mesures de sécurité ont été renforcées sur tous les grands sites nucléaires belges.

La vidéo dure une dizaine d’heures. L’objectif est fixé sur l’entrée d’un domicile, celui d’un haut responsable du site nucléaire de Mol. Une caméra dissimulée tout près capte toutes ses entrées et sorties. Elle a été retrouvée chez un proche d'un des suspects des attentats de Paris.

Mesures de sécurité

Qui sont les auteurs de cette vidéo? Quelles sont leurs intentions ? S'attaquer à un site, voler du matériel ? Le parquet ne donne pas plus d’informations. Mais l’Agence Fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN) a tout de suite été prévenue. Et, précise Sébastien Berg, le porte-parole de l'AFCN, l'agence a pris les mesures en conséquence : "Notre rôle dans cette histoire c'est de veiller à ce que la sécurité des grands sites nucléaires soit assurée, et renforcée si besoin. Et c'est ce qu'on a fait en demandant de prendre des mesures de sécurité supplémentaires autour des sites nucléaires en Belgique".

Il s'agit des centrales mais aussi du centre nucléaire de Fleurus, par exemple. Les travailleurs des sites nucléaires ont été appelés à la vigilance, sur leur site de travail, mais aussi en dehors. Tout comportement suspect ou incident doit être rapporté aux autorités. Le parquet fédéral de son côté cherche toujours à identifier toutes les personnes liées à cette vidéo.

L'agence s'apprête à rééavaluer ces mesures, maintenant que cette information est devenue publique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK