Malgré un système de santé sous pression: "La Belgique est prête à affronter une épidémie"

Malgré un système de santé sous pression : "La Belgique est prête à affronter une épidémie"
Malgré un système de santé sous pression : "La Belgique est prête à affronter une épidémie" - © ROMEO GACAD - AFP

Le bilan de l’épidémie provoquée par le nouveau coronavirus en Chine continentale a atteint au moins 560 morts, après que les autorités de la région du Hubei ont annoncé jeudi au moins 70 nouveaux décès. Dans leur bilan quotidien, les autorités sanitaires régionales ont annoncé 2.987 nouvelles contaminations. Le nombre de cas dépasse désormais 27.300 depuis le début de l’épidémie.

Chez nous, l’Etat a rapatrié 9 personnes séjournant en Chine. L’une d’elles porte le virus. Alors, faut-il craindre une épidémie ? La maladie est-elle sous contrôle chez nous ? Voici les grandes questions auxquelles nous répondons.

 

La population est en effet inquiète de cette situation. Bien que les autorités communiquent sur la bonne gestion de la crise, ce commerçant relate un comportement dont il a été témoin dans sa boutique. Un groupe d’Européens aurait quitté le magasin après avoir aperçu un groupe de touristes chinois. La réaction de Beijia Liu, responsable de la communauté chinoise de Belgique, ne se fait pas attendre. Elle raconte que de nombreux commerces chinois sont en effet désertés.

A l’écoute de ce témoignage, la députée fédéral, Caroline Taquin, ne cache pas son mécontentement : "Cela me choque profondément. Si des amalgames et des stigmatisations comme ceux-ci sortent de la bouche d’adultes, imaginez ce que cela peut donner dans des cours de récréations. Nous sommes dans un pays qui prend les choses en main. Notre personnel soignant a toute l’expertise pour faire face à cette situation". La députée, souligne aussi l’importance à donner à la grippe saisonnière qui tue dans notre pays, contrairement au coronavirus, pour l’heure.

Néanmoins, la Belgique est-elle prête à faire face à une épidémie. Caroline Taquin ne tergiverse pas : "On est prêts", affirme-t-elle.

On est prêts

Christie Morreale, ministre wallonne de la Santé abonde dans ce sens. Elle le rappelle : "Au niveau de la santé, la Belgique est dans le top 10 mondial. Notre pays est un modèle". La ministre ne nie pas le mouvement des blouses blanches et la pression dont le personnel soignant est victime : "Tout est toujours perfectible". Devrait-on pouvoir construire des hôpitaux en 10 jours, comme ce fut le cas en Chine ? "Il faut relativiser", tempère Christie Morreale, "Notre pays compte 11 millions d’habitants, la province de Hubei en compte 54 millions. On ne peut pas du tout comparer".

A côté des infrastructures dédiées à la santé, il y a aussi l’aspect pharmaceutique. Que peuvent faire les spécialistes belges du secteur ? Stéphane Friers, porte-parole de Pharma.be, l’explique : les experts tentent de gagner du temps en cherchant des médicaments existant qui pourraient potentiellement soigner le coronavirus. En effet, le développement d’un vaccin pourrait durer 8 à 12 mois.