Grève nationale: patrons et syndicats vont se remettre à table

Gros plan sur la grève nationale de ce mercredi 13 février, dans "A Votre Avis". Les trois principaux syndicats en front commun contestent notamment la norme salariale, augmentation maximale des salaires de 0,8% dans le secteur privé pour les deux prochaines années. La grève a été très suivie. Notre débat n'est pas anglé sur la grève en elle même, mais bien sur ses conséquences et sur les évolutions qui pourraient en ressortir. 

La grande annonce de ce débat, c'est la volonté affichée des différentes parties de se remettre à la table des négociations. En tout cas pour ce qui est de Pierre-Frédéric Nyst, Président de l'Union des Classes Moyennes et de Robert Vertenueil, président de la FGTB.

Faute d'accord entre patronat et syndicats, le gouvernement devra jouer le rôle d'arbitre. 0,8% de norme salariale, tel que voulu par les patrons conviendra-t-il? "Il faut respecter la loi", répond Georges-Louis Bouchez (MR).

Quoi qu'il en soit, certains témoignages ramènent à une dure réalité. Celui de Nicole (nom d'emprunt) , par exemple. Elle est une pensionnée et a 65 ans. Malgré ses 45 ans de carrière, elle doit encore travailler et a dû renoncer à sa maison en location pour éviter l'endettement. Sa pension s'élève à 880€, raconte-t-elle.

Le patron de la Sonaca (société belge active dans les domaines de construction aéronautique et aérospatiale), Bernard Delvaux entend bien ces témoignages difficiles et veut leur donner toute l'attention qu'ils méritent. Malheureusement, dit-il, la compétitivité des salaires en Belgique est un vrai problème, "On n'a pas le choix".

Nos invités

Nous recevions également Marie Hélène Ska, secrétaire générale de la CSC ; Olivier Vanham, porte-parole du cdH ; Aurore Cromphoudt, gilet Jaunes et infirmière indépendante et Alain Vaessen, directeur général de la Fédération des CPAS de Wallonie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK