Déficit de 12 milliards: "Tout le monde devra contribuer !", lance Benoît Piedboeuf (MR)

Déficit de 12 milliards: "Tout le monde devra contribuer !"
Déficit de 12 milliards: "Tout le monde devra contribuer !" - © Tous droits réservés

En affaires courantes, bien plus qu'en temps normal, la Belgique perd de l'argent. Tant et si bien qu'à l'heure qu'il est les analyses parlent d'un déficit de 12 milliards, à politique inchangée.

Mais a la charge de qui? "Il n'y a pas 36 solution", lance Benoît Piedboeuf (MR), "Tout le monde devra contribuer, et plus on attendra, et pire ce sera".

Plus on attendra, et pire ce sera

Pour Rudy Demotte (PS), il faut lire les choses autrement. Ce déficit est aussi la conséquence de la politique de droite menée par le précédent gouvernement MR/N-VA.

Un retour aux urnes? 

Alors que faire pour débloquer la situation? Retourner aux urnes? Selon Rik Torfs (CD&V), ce n'est pas la volonté de son parti, mais c'est une probabilité de plus en plus plausible. Bien que, il l'admet, le Vlaams Belang en ressortirait grand vainqueur.

Retourner aux urnes ne semble pas être un volonté non plus pour le MR: "Il faut faire le boulot", martèle Benoît Piedboeuf. "La politique, c'est l'art du possible".

Rudy Demotte (PS) se montre catégorique: "Notre souhait n'est pas un retour aux urnes. La démocratie a parlé, il faut vivre avec. Des majorités restent possibles".

Mais prenons un peu de hauteur avec Christian Behrendt, constitutionnaliste (ULiège). Il le souligne: écourter le mandat de 5 ans donné au parlement afin de retourner aux urnes serait inédit. Et à l'entendre, cela semble loin d'être simple...

Pour éviter un retour aux urnes, MR et CD&V (entre autres) appellent en coeur le PS et la N-VA à s'entendre. Impossible, répond le PS. Pour le politologue Dave Sinardet, c'est une question de volonté: "Qui veut peut !", assène-t-il. Le problème, il faut bien l'admettre: "ils se sont diabolisé mutuellement pendant des années, il y a un problème de perception".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK