Budget fédéral: "Si chaque ministre vient avec ses tabous, on n'y arrivera pas" avertit Sophie Wilmès

4,2 milliards d'euros: c'est la somme que doit trouver le gouvernement fédéral afin de boucler les budgets pour 2016 et 2017. Au début de l'été, le comité de monitoring tablait sur un déficit de 2,4 milliards. C'est donc presque le double que le gouvernement doit en fait trouver. Comment expliquer une telle différence en quelques mois ? Des recettes fiscales en baisse, une croissance molle et un indice-pivot qui sera franchi plus tôt que prévu, en août 2017 au lieu de décembre 2017 comme initialement pressenti. Conséquence directe pour les finances de l’État : une augmentation du salaire des fonctionnaires et des différentes allocations sociales (chômage, allocations familiales, etc.), explique la ministre fédérale du Budget Sophie Wilmès sur le plateau d’À votre avis.

Le gouvernement Michel va entamer deux semaines de marathon budgétaire. Mais sur les pistes, personne n'y voit encore très clair. Le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) a déclaré jeudi à la RTBF que son département était "déjà à l'os" et qu'il était hors de question d'y faire encore des économies.

Mais Sophie Wilmès l'affirme: il n'y a pas de "vache sacrée", ni de secteur préservé a priori. Elle aborde les discussions budgétaires sans tabou. Il faut travailler "sur trois leviers: les dépenses, les recettes et la trajectoire. Si chaque ministre vient avec ses propres tabous, je pense qu'on n'y arrivera pas". Elle n'exclut ni nouvelle taxe, ni de toucher à la sécurité sociale.

Un tampon d'un milliard d'euros

Il y aura donc des efforts à faire. Mais peut-être pas autant que redouté, indique encore Sophie Wilmès. Cela pourrait être un peu moins que les 4,2 milliards annoncés. Car cette somme comprend un tampon, "une marge de sécurité d’un milliard sur les recettes fiscales".

Elle rappelle que le gouvernement fédéral a envisagé dans ses calculs des mesures structurelles pour un montant de 0,84% du PIB. Mais l'Europe n'en demandait pas tant : 0,6%. Cela pourrait éviter de devoir chercher quelques autres centaines de millions d'euros.

S'il faut trouver 4,2 milliards d'ici 2017, combien faut-il en trouver pour atteindre l'équilibre promis pour 2018 (8 à 10 milliards selon l'opposition). La réponse de Sophie Wilmès est plus floue : d'une part, les mesures décidées par le gouvernement vont porter des effets. D’autre part, "le gouvernement a décidé d’avoir son équilibre en 2018. C’est techniquement possible de lisser cet équilibre plus tard" dit encore la ministre.

Voilà de quoi relancer le débat entre pro- et anti- report de l'équilibre au sein du gouvernement. Tous les partis de la majorité ne sont pas sur la même ligne.

Retrouver toutes les séquences d'"A votre avis" sur Auvio

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK