Bénédicte Linard: pour lutter contre le cyberharcèlement, "il faut renforcer l'éducation aux médias"

Bénédicte Linard: "Contre le cyber harcèlement, renforcer l'éducation aux médias"
Bénédicte Linard: "Contre le cyber harcèlement, renforcer l'éducation aux médias" - © Tous droits réservés

Le 18 novembre, Child Focus lançait une campagne choc contre la pédopornographie à l'occasion de la Journée européenne pour la protection des enfants contre les abus sexuels. L'organisation diffuse une vidéo qui est une reconstitution explicite d'abus sexuels sur un enfant, jouée par des adultes, afin de "créer un effet de choc, de briser les tabous autour de la problématique et de tirer la sonnette d'alarme".  La fondation voulait créer un électrochoc, c’est réussi ! Sa dernière campagne ne laisse pas indifférent. Nous en avons débattu ce mercredi soir, sur le plateau A Votre Avis. 

 

Tout part donc d'une vidéo publiée par la fondation Child Focus. Certains la trouvent choquante ou estiment qu'elle manque sa cible. Child Focus, via son porte-parole Stephan Smets, assume cette vidéo : "Notre but était de susciter le choc, et c'est réussi. Cela fait 10 ans qu'on fait des campagnes et rien ne bouge. Il fallait tirer la sonnette d'alarme".

David Lallemand, porte-parole du délégué général aux droits de l’enfant, ne cautionne pas cette campagne. Elle n'est pas assez claire sur la cible qu'elle vise, selon lui.

"Stéphanie" est notre première témoin. A l'âge de 3 ans, elle est agressée sexuellement au sein de sa cellule familiale. Les faits vont durer jusqu'à ses 13 ans et elle n'aura la force de le révéler qu'à 23 ans. Elle affirme qu'une campagne comme celle lancée cette semaine par Child Focus aurait pu l'aider.

Comme "Stéphanie", la femme de Manolo, a été victime de viol dans sa jeunesse. Aujourd'hui, Manolo écume les réseaux sociaux à la recherche de prédateurs sexuels. Il les piège pour les confronter. Une pratique saluée par beaucoup sur les réseaux sociaux, mais aussi largement décriée, notamment pas la police. Provoquer un comportement illicite et faire justice soi-même est en effet puni par la loi. Il s'explique.

Alors quels actes prendre au niveau politique pour améliorer les choses? Pour la ministre de l'Enfance, Bénédicte Linard (Ecolo), il y a encore du travail à faire au niveau de la prévention, mais aussi des formations : "Aller sur le web sans formation, aujourd'hui, c'est comme monter sur l'autoroute sans permis. Ça mène inévitablement à des accidents. Il faut renforcer l'éducation aux médias".

Et pourquoi ne pas limiter l'accès à internet aux usagers suspects? Pour Alda Greoli, c'est du vent.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK