A Votre Avis: "Les élèves en difficulté sont abîmés par l'école", observe la directrice Marie-Hélène Bodart

A Votre Avis : "Les élèves en difficulté sont abîmés par l'école", observe la directrice Marie-Hélène Bodart
A Votre Avis : "Les élèves en difficulté sont abîmés par l'école", observe la directrice Marie-Hélène Bodart - © Tous droits réservés

C’était un moment attendu dans le monde scolaire, un peu craint aussi. L’enquête PISA évalue les performances des élèves de 79 pays dans le monde, dont la Belgique. Cette année l’enquête s’intéresse principalement à la lecture. Et ce n’est pas brillant… C’était le débat de ce mercredi dans A Votre Avis.

Un débat qui cristallise les tensions. Notamment auprès de ceux qui le vivent au plus près. Le système éducatif est en pleine mue et les parents ont parfois du mal à s’y retrouver. En témoigne cette scène surréaliste sur notre plateau : un père brandit le bulletin de son enfant. Dans les colonnes, une seule cote pour les mathématiques. Le reste est néant.

Il explique : son fils, Romain, est inscrit dans une école du Brabant-Wallon où la nouvelle réforme des UAA est en train d’être appliquée. Il s’agit de l’Unité d’Acquis d’Apprentissages, une méthode qui sème le doute, visiblement.

 

Pour en revenir à l’enquête Pisa, du côté francophone, les compétences des élèves en matière de lecture sont en léger recul. C’est un peu mieux concernant les mathématiques. Mais d’aucuns parlent tout de même d’échec de l’enseignement au sud du pays. "Pas de panique", répond le monde politique. Le pacte d’excellence est sur les rails. Oui mais ce pacte table sur long terme, avec des premières conséquences en 2030. Pour l’administrateur délégué de l’Union Wallonne des Entreprises, Olivier de Wasseige, d’autres pistes peuvent être mises en place immédiatement, en attendant le pacte.

Pourtant le monde politique nous l’assure : ce pacte préservé par le nouveau gouvernement régional tend à résoudre les problèmes systémiques de l’enseignement tel qu’ils se présentent aujourd’hui. Comme en témoignent de concert Opaline Meunier (cdH) et Delphine Chabbert (PS). 

Vient enfin la question de l’échec scolaire, la fameuse question du "redoublement". Le débat est houleux. Dans le public, certains y voient une arme d’autorité et de discipline à la disposition des professeurs, mais aussi une façon de ne pas niveler un groupe par le bas. Le monde politique et enseignant est sans équivoque quant à lui. Il faut le supprimer selon nos invités. Marie-Hélène Bodart, directrice de l’Institut Saint-Joseph secondaire de Jambes, institut qualifiant. Elle nous donne un exemple concret : "Mon élève type ne vient pas par choix. Il a déjà doublé une ou deux fois. Mes jeunes sont tous en difficulté. Rien n’est perdu pour eux, mais ils sont déjà fort abîmes par l’école. "L’école" n’est plus adaptée à nos jeunes".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK