A Votre Avis: harmoniser la fiscalité à l'Europe? "Ce serait indispensable"

Ce débat était le second d'une série de quatre rendez-vous. Ils précédent les élections générales du 26 mai prochain. Au coeur de cette émission, le scrutin européen. Trois thématiques sont décortiquées : le climat, l'immigration et le pouvoir d'achat. 

Le pouvoir d'achat au niveau européen est souvent lié au régime de taxation et  la fiscalité propre à chaque membre de l'UE. Avec ce thème suivent à tous les coups l'idée d'une fiscalité européenne, cohérente et performante mais aussi la lutte contre la fraude fiscale. 

 

Uniformiser l'impôt sur les sociétés au niveau européen, pour ou contre? C'est la question centrale de cette thématique "pouvoir d'achat". Faut-il "taper" sur les grandes entreprises européennes?  Pour le PS, c'est oui. "1000 milliards d'euros échappent à l'impôt", avance-t-il. La solution passe, selon lui, par un impôt sur les sociétés à l'échelle européenne (il propose un taux de 20%). Et si les pays n'en veulent pas? "Alors on leur coupe l'accès aux subsides européens".

Pour le PTB représenté par Marc Botenga, "il faut en tout cas un taux effectif minimum au niveau européen". Il ajoute : "Les précédents gouvernements ont fait de ce pays un paradis fiscal et aucune étude ne prouve que cela avantage notre pays sur plan de l'emploi. Commençons donc chez nous".

Olivier Chastel (MR) est lui pour un taux minimum, mais déplore que la proposition si ferme du PS intervienne à la veille des élections, alors que les socialistes sont, selon lui, au pouvoir à l'Europe depuis de nombreuses années. Une invective qui conduit à une passe d'armes entre les deux rivaux.

Toujours sur le thème de la fiscalité sur les entreprises européennes, Benoît Cassart (DéFI) met, lui, le doigt sur les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Il propose un moyen de les taxer.

Philippe Lamberts (Ecolo) est pour une harmonisation de la fiscalité sur les entreprises, mais met en évidence la complexité des instances européennes. Il explique comme ces difficultés peuvent être contournées.

Pour le cdH, oui à une harmonisation, mais un point très important est le renforcement des moyens dans la poursuite des cas d'évasions fiscales. Il rappelle un chiffre: 1000 milliards. C'est ce que coûte l'évasion fiscale à l'Europe, chaque année.

L'économiste Bruno Colmant (ULB) donne également son avis de l'uniformisation de la fiscalité en Europe. Pour lui c'est simple, "Ce serait indispensable".

Nous recevions aussi des membres de la société civile: Michael Franssen, chargé des questions de politiques migratoires au Ciré (Coordination et Initiatives pour Réfugiés et étrangers) ; Myriam Douo, porte-parole Belgique de "Friends of The Earth Europe" et Louis Amaury, chef d’entreprise.

Suivez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Notre live de 12h

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK