Voyage dans le comté le plus "pro-Trump" des USA, 90% des électeurs ont choisi Donald Trump

Note de la rédaction : ce reportage a été réalisé fin février 2020, avant la mise en place de mesures de confinement liées à la pandémie de Covid-19 aux Etats-Unis.

17 images
Le drapeau de campagne de Donald Trump flotte dans certains jardins à côté du drapeau des Etats-Unis. Haleyville, comté de Winston, Alabama, Etats-Unis © Eric Destiné – RTBF

Comté de Winston, dans le nord de l'Alabama. En ce jour de fin février, on ne parle pas encore de propagation sévère du Covid-19 aux Etats-UnisIl n’y a encore officiellement aucun décès lié au coronavirus dans le pays et le confinement n’est pas à l’ordre du jour. Alors quand il nous ouvre les portes de sa propriété, Tommy Gentle a le sourire. Ce retraité nous accueille pour nous montrer les drapeaux qu’il a hissés dans son jardin il y a déjà quelques mois. Le premier, c’est la bannière étoilée, le drapeau des Etats-Unis. Juste en dessous, l’autre étendard indique "TRUMP 2020 – Keep America Great !". Et celui-là, Tommy n’en est pas peu fier. "Quand je le regarde, je me sens très patriote. Je veux que tout le monde sache que je suis un supporter de Donald Trump".

17 images
Tommy Gentle dans son jardin, à la sortie de Haleyville, dans le comté de Winston (Alabama, Etats-Unis). © Eric Destiné – RTBF

Winston, Alabama : 9 électeurs sur 10 ont voté Trump

Tommy habite depuis plus de 40 ans dans le comté de Winston, dans le nord de l’Alabama. Une terre un peu particulière. Ici, 9 électeurs sur 10 ont voté pour Donald Trump en 2016. 90% des voix sont allées vers l’actuel président des Etats-Unis contre seulement 8,5% pour son adversaire démocrate de l’époque, Hillary Clinton. Les 1,5% des voix restantes étant partagées entre deux candidats indépendants. Un record qui fait du comté de Winston le territoire le plus "pro-Trump" des Etats-Unis comparativement au nombre d’habitants. En clair, ici, 45ème président est en terrain conquis.

17 images
Dans le comté de Winston, 9 électeurs sur 10 ont voté pour Donald Trump en 2016 et beaucoup annoncent qu’ils feront de même en 2020. © Eric Destiné – RTBF

"Trump est le meilleur président que j’ai connu… et j’ai 76 ans"

Pour Tommy, pas de doute, Donald Trump est le président que l’Amérique attendait depuis très longtemps. "Depuis que je suis en âge de voter, je peux vous dire que Donald Trump est le meilleur président que j’ai jamais connuet j’ai 76 ans !". L’homme, ancien propriétaire d’une entreprise de transports par camions, ne tarit pas d’éloges pour l’actuel occupant du bureau ovale. "C’est quelqu’un qui fait ce qu’il dit. Il a fait beaucoup de promesses pendant la campagne et il a tenu ses promesses. Il y a longtemps que ce pays n’a plus été dans une si bonne situation". A ce moment-là, juste avant la crise sanitaire que le pays connaît actuellement, Tommy saluait les résultats de la politique économique "America First" du président, qu’il qualifiait d'"excellents".

17 images
Dans les rues de Haleyville, 4100 habitants, la plus grande ville du comté de Winston. © Eric Destiné – RTBF

"Il a fait vraiment beaucoup pour l’économie"

Sans surprise, Tommy ira voter en novembre prochain et il n’y a qu’un seul nom qu’il veut glisser dans l’urne : "Donald Trump, évidemment" lance le septuagénaire. "Il a fait vraiment beaucoup pour l’économie de ce pays. Le taux d’emploi est au plus haut depuis de nombreuses années". Et quand on lui demande s’il y a malgré tout quelque chose qui lui déplaît chez Donald Trump, il est catégorique. "Rien ne me vient à l’esprit. Je suis d’accord avec tout ce qu’il a fait. Il a fait beaucoup de choses pour ce pays. Demandez à tout le monde ici, personne ne vous dira le contraire".

17 images
Le panneau qui indique l’arrivée dans le comté de Winston (Winston County, Alabama). © Eric Destiné – RTBF

"Si Donald Trump était un pays, il s’appellerait Winston County"

Il est vrai que trouver quelqu’un ici qui ne soutient pas Donald Trump, c’est jouer à une loterie à laquelle on a très peu de chance de chance de gagner. "Si Donald Trump était un pays, il s’appellerait Winston County", nous lance une dame à la sortie d’un magasin de Haleyville, la plus grande ville du comté avec ses 4100 habitants. "Mais je n’ai pas envie de répondre aux interviews" nous dit-elle avant de continuer son chemin.

17 images
Maggie Maulden, 22 ans, a voté pour la première fois en 2016. Elle a choisi Donald Trump. © Eric Destiné – RTBF

"Il a fait de meilleures promesses que les démocrates"

Un peu plus loin, nous rencontrons Maggie Maulden. Du haut de ses 22 ans, la jeune femme s’intéresse à la politique. Parler des prochaines élections ? "Avec plaisir" nous répond-elle. Pour qui avez-vous voté en 2016 ? "C’était la première fois que je votais et j’ai choisi Donald Trump lance-t-elle. Il a fait de meilleures promesses que les démocrates et je crois qu’il accomplira ces promesses". Selon elle, l’argument numéro un en faveur du président, c’est son profil. "Je sais que c’est un homme d’affaires. Il a accompli beaucoup de choses et il est focalisé sur l’économie, il œuvre pour le bien de notre nation".

17 images
Dans le comté de Winston, Alabama, on affiche ses couleurs. © Eric Destiné – RTBF

Maggie ne se définit pourtant pas comme une "républicaine". "Je ne sais pas encore si je vais revoter Trump en 2020" explique-t-elle. "Si les démocrates placent quelqu’un qui me semble valable pour affronter Trump, je pourrais peut-être voter pour cette personne". Mais il faudra que ce candidat soit en accord avec les valeurs qu’elle défend. Et pour l’instant, selon elle, c’est Donald Trump qui en est le plus proche. "Les valeurs que je défends sont celles des conservateurs. Je vis dans le comté de Winston. Et ici, nous penchons presque tous plutôt vers les conservateurs. C’est notre mode de vie, ce sont nos racines" précise-t-elle.

 

17 images
Le tribunal du comté de Winston, à Double Springs, Alabama. Devant le bâtiment flottent à la fois le drapeau américain et le très controversé drapeau des États confédérés. © Eric Destiné – RTBF

L’avortement, un thème très sensible en Alabama

Maggie défend par exemple la volonté de Donald Trump de soutenir les mouvements "pro-life" (ndlr : "pour la vie") qui militent contre l’avortement. "Je pense que la vie est précieuse. Même si je pense aussi qu’il y a des circonstances particulières comme le viol, l’inceste ou les problèmes liés à la grossesse qui peuvent justifier un avortement. Mais les gens qui considèrent l’avortement comme une manière de mettre simplement fin a une grossesse parce qu’elle est non désirée, là je ne suis pas d’accord du tout ".

17 images
Les rues de Double Springs, la capitale administrative du comté de Winston. © Eric Destiné – RTBF

En 1973, la Cour suprême des Etats-Unis a décidé de légaliser le droit à l’avortement mais certains Etats ont entrepris de faire entrer en vigueur, sur leur territoire, des législations beaucoup plus contraignantes. C’est notamment le cas de l’Alabama qui, en mai 2019, a même adopté la loi anti-avortement la plus répressive des Etats-Unis en indiquant que l’IVG était considérée comme un homicide, même si elle était pratiquée en cas de viol ou d’inceste. Selon cette loi, les médecins qui pratiqueraient l’IVG pourraient se voir infliger des peines allant de 10 à 99 ans de prison, sauf en cas de danger vital pour la mère. En octobre 2019, la justice des Etats-Unis a bloqué l’application de cette loi estimant qu’elle "violait la jurisprudence de la Cour Suprême".

17 images
Cours de sciences dans une école du comté de Winston, Alabama, Etats-Unis. © Eric Destiné – RTBF

"Les gens sont irrespectueux envers le président"

Dans une école secondaire de l’est du comté, nous assistons au cours de sciences de Tonya. L’enseignante est aujourd’hui devant des enfants d’une quinzaine d’années. Dès notre arrivée, elle tient à nous dire qu’elle adore son métier. "Nous sommes tellement bénis par Dieu d’être ici glisse cette quadragénaire. Cette école est incroyable. Les gens sont incroyables". La politique, vous en parler en classe ? "Oui, nous en parlons. Particulièrement si les enfants me demandent mon opinion" répond-elle. Récemment, par exemple, Tonya est revenue avec ses élèves sur le moment où Nanci Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des Représentants, a déchiré le discours de Donald Trump sur l’Etat de l’Union pour protester contre le refus du président de lui serrer la main. L’enseignante ne retient qu’une seule chose : "Je leur ai dit que c’était un cruel manque de respect envers le président. Quel exemple cela monte-t-il à ces enfants ? s’interroge-t-elle, devant la classe. Je n’ai jamais, de toute ma vie, vu une période pendant laquelle les gens ont été si irrespectueux envers le président qui est en exercice dans notre pays". Elle est catégorique. Pour elle, le comportement de Donald Trump envers Nancy Pelosi ne justifie rien.

"La meilleure chose, c’est ne rien faire du tout jusqu’au mariage"

Malgré les indices, elle ne nous dira pas, face à notre caméra, pour qui elle votera en 2020. Elle assure en tout cas qu’elle se rendra aux urnes. "Chez moi, quand nous étions adolescents, nous étions plus impatients de nous inscrire sur les registres pour pouvoir voter que d’obtenir notre permis de conduire" confie-t-elle. En tout cas, elle sera attentive aux valeurs défendues par les candidats. Notamment concernant la question de l’avortement et sur les questions liées à l’éducation sexuelle. Quand elle en parle avec ses élèves, comme dans beaucoup d’écoles en Alabama, c’est l’abstinence qu’elle préconise. "Je leur parle des méthodes contraceptives explique Tonya. Mais bien sûr, je leur dis surtout que la meilleure chose, c’est ne rien faire du tout jusqu’à ce qu’ils soient mariés et prêts à avoir un enfant".

17 images
Dans le comté de Winston, il y a 150 églises pour 25.000 habitants soit à peu près une église pour 170 habitants. © Eric Destiné – RTBF

Politiquement, la religion est un enjeu majeur

Le comté de Winston, c’est un très grand territoire rural très peu peuplé comparativement à la superficie. Winston County compte 1600 km² pour un peu moins de 25.000 habitants, soit une quinzaine d’habitants par kilomètre carré. A titre de comparaison, la province du Brabant Wallon a, elle, une superficie de 1100 km² pour plus de 400.000 habitants… soit plus de 360 habitants par kilomètre carré. Dans le comté de Winston, on ne se marche pas sur les pieds. Par contre, impossible de rater les églises. Il y en a 150 dans le comté, soit une église pour 170 habitants. Nous sommes au cœur de la "Bible Belt", la ceinture biblique des Etats-Unis. L’influence de la religion est ici très importante et politiquement, c’est un enjeu majeur.

17 images
Toby Sherrill prend le pouls de la vie sociale du comté depuis plus de 25 ans dans son restaurant de Haleyville. © Eric Destiné – RTBF

"Ça a toujours été un comté très très conservateur"

"Ici, ça a toujours été un comté républicain et très très conservateur. Je pense que ça a notamment un lien avec la religion" explique Toby Sherrill, le patron du cinéma Dixie Den et du restaurant juste à côté, au cœur de la rue commerçante de Haleyville. Il est à la tête de cet endroit très fréquenté de la ville depuis plus de 25 ans et habite le comté de Winston depuis quatre décennies. Il est un observateur attentif de la vie sociale ici. "Regardez le nombre d’églises dans cette région et vous comprendrez. Vous connaissez aussi la sensibilité sur la question de l’avortement. Je pense que tout cela a une influence. Moi-même je suis contre l’avortement".

17 images
Dans les rues de Haleyville, comté de Winston, Alabama © Eric Destiné – RTBF

"Les gens ici tiennent à leurs armes"

Un autre élément important selon lui : la législation sur les armes à feu. "Les gens ici tiennent à leurs armes ajoute Toby Sherrill. Et ils ont peur qu’on puisse un jour leur reprendre leurs armes. Cela influence réellement la manière dont ils votent".

17 images
Sur les portes des bâtiments publics dans le comté de Winston, ces affiches demandent aux visiteurs de ne pas amener leurs armes à l’intérieur. Ici, la porte d’une école secondaire. © Eric Destiné – RTBF

"J’ai voté Clinton… mais ne le dites pas trop fort"

"Dans ma vie, j’ai déjà voté pour les républicains et pour les démocrates. Mon choix se pose sur une personne". Toby fait pourtant partie des oiseaux rares du comté. "J’ai voté pour Hillary Clinton en 2016" nous confie-t-il. "Mais ne le dites pas trop fort" ajoute-t-il avec un brin d’humour. "Je ne mélange jamais la politique et mes affaires. Je ne parle pas de politique avec mes clients. Je respecte leurs choix et j’ai beaucoup d’amis qui sont républicains et qui ont voté pour Donald Trump. Et nous serons encore amis demain". Il tient à soutenir l’action du président au niveau économique. "Il a fait de bonnes choses, notamment pour l’emploi". Mais globalement, Toby se dit déçu par Donald Trump. "Je suis chrétien. Je défends les valeurs religieuses. Mais quand vous regardez Monsieur Trump, beaucoup de choses qu’il a faites ne représentent pas nos valeurs chrétiennes. Comme l’adultère, la tromperie, le mensonge ou la tricherie"Pour qui votera-t-il en 2020 ? "Je pourrai voter pour Joe Biden. Mais je pense que Trump va encore gagner. J’en suis quasi sûr" affirmait-il juste avant le déclenchement de la crise sanitaire que le pays connaît actuellement.

17 images
"The Red State of Winston" – un mug du parti républicain du comté de Winston. © Eric Destiné – RTBF

"Le président Trump comprend le monde des affaires"

"Dans l’Etat d’Alabama, il y a 67 comtés et Winston est celui qui est majoritairement républicain depuis le plus longtemps", nous explique Grégory Farris. "Greg", comme on le surnomme ici, est né dans le comté de Winston. Il n’a jamais vécu ailleurs. Aujourd’hui, il est à la fois avocat, patron d’entreprise et vice-président du parti républicain du comté. Il est en première ligne pour défendre bec et ongles Donald Trump dont la première qualité, selon lui, est d’être un homme d’affaires, à l’écoute du monde des affaires. "Il a un parcours en tant que businessman. Souvent, dans notre pays, nous avons des politiciens qui n’ont pas beaucoup d’expérience du monde de l’entreprise. Ce sont des politiciens professionnels. Parfois ils ne comprennent pas ce à quoi les patrons d’entreprises sont confrontés. Et le président Trump, lui, comprend. Il sait que s’il y a trop de règles, c’est très mauvais pour nous".

17 images
Grégory Farris est Avocat et vice-président du parti républicain du comté de Winston. © Eric Destiné – RTBF

Quand on parle avec Greg Farris, c’est tout le programme de Donald Trump qui est passé en revue. La décoration de son bureau d’avocat ne laisse d’ailleurs pas de place aux doutes. Le logo du parti républicain trône en bonne place dans sa bibliothèque t son porte-manteaux est aux couleurs de la NRA, le puissant lobby pro-armes aux États-Unis. "Le président Trump a beaucoup de qualités que nous apprécions ici. Nous croyons en sa politique forte au niveau militaire, au niveau de la défense. Nous croyons aussi vraiment que sa politique d’immigration est bonne. Nous ne sommes pas contre l’immigration, nous pensons que l’immigration, c’est bien. Mais nous pensons que cela doit être contrôlé et régulé. Depuis plusieurs années, nous avons eu pas mal de problèmes, spécialement à la frontière sud". Sans oublier la question de l’avortement, au cœur des préoccupations de beaucoup d’habitants selon lui. "La majorité des gens ici pensent que l’avortement, ce n’est pas bien. Et le président Trump a aussi une position anti-avortement".

17 images
Dans le bureau d’avocat de Greg Farris, un porte-manteaux aux couleurs du puissant lobby des armes à feu (NRA) et le slogan de campagne de Donald Trump côtoient les codes de l’Alabama. © Eric Destiné – RTBF

Quand nous lui avions posé la question, fin février, avant la crise du Covid-19 aux Etats-Unis, Grégory Farris ne doutait pas une seconde de la réélection de Donald Trump : "je pense que sa victoire sera encore plus large cette année".

"Territoire le plus pro-Trump": un "titre" très convoité

En Alabama, devenir le "territoire le plus pro-Trump" est en tout cas un "titre" très convoité. A tel point que le parti républicain du comté de Cullman, voisin de celui de Winston, a lancé au mois de mars dernier une "compétition amicale" pour tenter de rafler le titre cette année avec un slogan : "Cullman County is Trump Country" ("Le comté de Cullman est le pays de Trump"). En 2016, les électeurs du comté de Cullman n’étaient pas très loin du Graal. Ils ont déjà voté à 88% pour Donald Trump contre 90% dans le comté de Winston. Reste à savoir quel sera l’impact de la gestion de la crise sanitaire actuelle. Va-t-elle peser négativement sur l’opinion des fervents partisans de l’actuel président américain ? Ou bien, au contraire, va-t-elle renforcer encore sa popularité ? Réponse après le 3 novembre 2020, quand nous aurons les résultats de l’élection présidentielle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK