Les agents pénitentiaires de plusieurs prisons belges poursuivent la grève vendredi

Les agents de plusieurs prisons sont en grève depuis mercredi soir et cela devrait durer jusqu'au samedi 1er février. Ils protestent contre la volonté de Koen Geens, le ministre de la Justice, d'imposer les modalités d'un service minimum, ainsi que la rupture des négociations à ce sujet. "Le service minimum, nous étions contre, parce que pour nous la volonté du ministre est clairement de casser le droit de grève, et pas d'implémenter réellement un service minimum", estime Laurent Lardinois, secrétaire régional CGSP.

Le syndicat dénonce le plan du ministre d'imposer une occupation de 70% en temps de grève. "Il faut savoir que le cadre est prévu à 100%, que l'on dispose de 80% et que quand on impose un service minimum à 70%, on casse le droit de grève", ajoute Laurent Lardinois.

Dans un communiqué, le ministre de la Justice objecte "qu’il n’est pas demandé 70% d’effectif, mais en moyenne au niveau national 54,29% lors des jours de grève au sein des prisons. Calculé sur l’effectif total en personnel par prison, cela ne revient en moyenne qu’à 27 %".

Le personnel des établissements pénitentiaires mène de nombreuses actions dans les prisons du nord du pays depuis mercredi soir. En Wallonie, des arrêts de travail ont également été observés à Marche-en-Famenne et à Jamioulx jeudi. Les prisons de Saint-Hubert et de Mons devraient connaître le même sort vendredi dès 6 heures, précisait jeudi soir le secrétaire général CGSP Michel Jacobs à Belga.

Le personnel de la prison de Marche-en-Famenne a, lui, annoncé une série d'actions "coups de poing" sous forme d'arrêts de travail de quelques heures dans les prochains jours. Une première action était organisée ce jeudi après-midi. D'autres actions devraient être organisées dans les prochains jours au sein de la prison de Marche. Aucun calendrier n'a été communiqué pour l'instant.

En Flandre, l'activité quotidienne au sein des prisons de Louvain, Saint-Gilles, Bruges, Ypres et Anvers a aussi été chamboulée ce jeudi en raison des actions du personnel.

Dès 22 heures, les établissements de Termonde, Audenarde, Gand, Beveren et Turnhout vont suivre. Les gardiens de l'établissement pénitentiaire de Malines se croiseront aussi les bras dimanche soir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK