RTBFPasser au contenu
Rechercher

Union européenne: la France, sa grand'mère et les martiens

La France c'est un peu pareil. Chaque année, et même plusieurs fois par année elle promet qu'elle va rentrer dans les clous budgétaires, chaque année, elle ne tient pas ses engagements.
Et chaque année, même si ça se bagarre un peu entre commissaires, la Commission européenne finit par fermer les yeux. Aujourd'hui, la France a même perfectionné sa tactique puisqu'elle n'a même pas crié victoire, ce qui agace les autres états membres. Non elle a demandé un délai, l'a obtenu et ça n'a pas donné lieu à beaucoup plus qu'une brève dans certains journaux.

Une Commission moins accrochée aux règles du pacte

Il faut dire que même quand la Commission choisissait une application plus stricte du pacte, elle épargnait la France.
Mais surtout, dans l’Union, une fois pour toutes il y a une différence entre grands et petits pays. En tant que ressortissante d’un petit pays, je ne le dis pas de manière aigrie. Quand la Belgique était harcelée par la précédente Commission européenne sous prétexte que les efforts réels n’étaient pas suffisants, on m’expliquait que certes, on pourrait aussi regarder dans l’assiette de la France mais que pour la zone Euro, il ne fallait prendre aucun risque d’étouffer la reprise en France. Alors que la situation belge pèse moins sur l’ensemble de la zone Euro.
C’est évident mais ça leur faisait une belle jambe aux citoyens belges de savoir que la zone euro survivrait si la croissance se ralentissait en Belgique.
On me dira que la Belgique a aussi bénéficié de la bienveillance de la commission puisque la dette belge pourrait justifier une procédure de sanctions contre notre pays.
C'est vrai.
En même temps, avant la crise de la zone euro, la Belgique était quasiment le seul pays dont la dette avait baissé depuis son entrée dans l'euro. On partait de loin, d’accord mais notre dette baissait alors que toutes les autres grimpaient.
Nous étions les cancres de la classe au début des années 2000, nous sommes toujours parmi les cancres mais disons qu'une bonne partie de la classe nous a rejoint près du radiateur. La dette de la zone euro a explosé avant de maintenant très légèrement diminuer.
Le dossier français révèle juste la position inconfortable de la Commission dans ce dossier; soit elle décide l’application bête et méchante des règles, tout le monde traité selon les seules règles du pacte mais précisément ça la rendra bête et méchante.
Soit la Commission fait preuve de discernement politique, la commission applique les règles au cas par cas et elle sera toujours soupçonnée de copinage, de favoritisme ou d'un manque de courage quand elle hésite à attaquer un grand pays.

Anne Blanpain

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK