Comment lutter contre l'exposition des enfants à la pornographie sur internet ?

illustration
illustration - © Belga

Comment lutter contre l’exposition des enfants à la pornographie sur internet ? C’est un débat qui agite le Royaume-Uni. Le gouvernement a donc organisé une consultation à ce sujet. L'actualité des médias et des nouvelles technologies avec Alain Gerlache.

L’enquête a été menée en ligne auprès du public, d’universitaires, de professionnels des médias, d’organisations sociales et bien sûr aussi d’associations de parents. Le cercle familial est en effet l’endroit où les enfants se familiarisent avec l’internet, que ce soit avec l’ordinateur du foyer, le téléphone multimédia de leurs parents ou encore la console de jeux.

C’est donc là qu’ils seront le plus souvent confrontés pour la première fois à la pornographie sur le net. Et dans des proportions très importantes. Au point que des spécialistes parlent de générations d’enfants soumis à une hypersexualisation précoce. Des questions qui sont prises au sérieux au Royaume-Uni qui doit aussi faire face à un pourcentage élevé de grossesses précoces chez les adolescents.

La consultation sur internet a duré 10 semaines. Plus de 3.500 réponses ont été reçues, y compris des avis collectifs et 750 venants de parents.

Et quelles étaient les pistes soumises à la consultation ?

Très concrètement, la proposition sur la table prévoyait d’imposer aux fournisseurs d’accès à internet de couper d’office l’accès aux contenus pornographiques pour tout le monde. Pour pouvoir consulter les sites X, il aurait fallu en quelque sorte demander à son opérateur de lever le filtrage automatique.

Une solution radicale qui a suscité pas mal de réactions négatives. Les défenseurs des droits y voyaient une forme de censure et de déresponsabilisation des parents. Les fournisseurs d’accès à internet estimaient que ce n’est pas à eux d’assumer le blocage systématique de contenus qui ne sont pas illégaux. Certains redoutaient enfin que des sites d’éducation sexuelle ou tout simplement des médias d’informations se retrouvent eux aussi bloqués.  

Et quel est le résultat de l’enquête ?

La proposition a été rejetée. Seuls 35% des parents se sont prononcés en sa faveur. 15% ont soutenu une proposition alternative prévoyant une sorte de blocage à la carte.

La députée du parti conservateur à l’origine du projet a reconnu sa défaite à la BBC. Elle se félicite néanmoins du large consensus pour inciter les opérateurs à faire la promotion des dispositifs de filtrage volontaire et pour encourager les parents concernés à les activer, ce qui est encore loin d’être le cas. Un plan d’action dans ce sens va être mis en œuvre.

De son côté, le directeur de Big Brother Watch a estimé que la voie choisie va dans le sens de l’équilibre entre la sécurité des enfants d’une part et la responsabilité parentale de l’autre, sans menacer les libertés individuelles.

@AlainGerlache #médiaTIC

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK