Balthazar, le retour du Roi tant aimé

Le groupe belge Balthazar de retour avec un album et une tournée
Le groupe belge Balthazar de retour avec un album et une tournée - © @Alex Salinas

Une semaine royale remplie de sorties en rock belge, de sublimes voix de reines, d'un prince du hip-hop candidat au trône et de grosses basses électro en Principauté. Who's The King ?

 

Comme les Rois Mages en Galilée...

 

Et comme Sheila avait raison ! Balthazar, notre meilleur groupe noir-jaune-rouge en activité a annoncé en ce début de semaine le date de son retour en terre promise. On sait donc à présent qu'il faudra patienter jusqu'au 30 mars pour voir apparaître leur troisième album intitulé Thin Walls et que le quintet l'a enregistré en Angleterre en compagnie de producteurs et d'arrangeurs de renom comme Ben Hillier (Blur, Depeche Mode) et Jason Cox (Massive Attack, Gorillaz).

 

Trois ans après le raz de marée de Rats, brillant opus sur lequel on retrouvait les tubes The Oldest Of Sisters, Do Not Claim Them Anymore ou encore Sinking Ship, les Courtraisiens viennent de livrer un premier single qui porte le nom de Then What sur lequel on retrouve leur son si particulier, mais où l'on perçoit déjà les mains expertes aux manettes qui bonifient encore le côté ultra catchy de leurs mélodies.

 

Mais Balthazar a aussi atteint son statut de n°1 en Belgique via des prestations d'une qualité incroyable lors de leur très longue tournée en 2013 et 2014, qu'ils ont d'ailleurs illustrée par le clip du single d'entre-deux Leipzig. On aura également la joie de les revoir sur scène, mais il ne faudra pas traîner dès qu'on verra apparaître une de leurs dates... Illustration ? Leur concert prévu au Cirque Royal dans le cadre des Nuits Bota le 14 mai est déjà sold out depuis quelques jours... Ils seront par ailleurs en tournée européenne à partir d'avril et - on l'a appris mercredi - accueillis une nouvelle fois en... rois à Rock Werchter le 26 juin.

 

Courrez si vous voulez obtenir audience !

 

 

2) ALASKA GOLD RUSH (Belgique)

Et si le pendant francophone de Balthazar se nommait Alaska Gold Rush ? Récents vainqueurs du Concours Verdur Rock et du Concours Circuit, le duo composé par Renaud Ledru et Alexandre De Bueger est en tout cas en train de passer des étapes importantes et le concrétise sous la forme d'un maxi single 3 titres sur lequel se trouve le titre Dirty Road dont le clip (très drôle) a été présenté cette semaine.

Après le superbe The Gallow Birds (que l'on avait placé dans notre top 50 singles de 2014), ils confirment donc l'essai et viendront sous peu défendre leurs titres sur scène, au festival Propulse la semaine prochaine, à l'Ancienne Belgique dans le cadre de l'AB-BOTA et dans différentes villes de Wallonie.

 

3) FRANK SHINOBI (Belgique)

Mais le coup de coeur national de la semaine nous est offert par un joyeux quatuor liégeois répondant au nom de Frank Shinobi. Le deuxième opus des principautaires, Semantics est en effet une espèce de petite claque rock à répétition où les 10 morceaux sont autant de chemins de traverse sur lesquels il est bon se promener pour y être chahuté. Rebondissements rythmiques en pagaille, mélodies de gratte déroutantes, songwriting sans fioritures, allusions subtiles au rock anglais.

Un véritable "to the point" auditif dont les temps forts se nomment (drôlement et paradoxalement en français dans le texte) Sirtaki sur la bande d'arrêt d'urgence, La Saga du Fardeau, Ninja A Ninja B et qui font de leur math-rock, genre parfois peu accessible d'emblée, une croisière mouvementée certes, mais dont on ressort secoué comme il faut. Un véritable quicky mental toutes les 2 minutes ! Are you horny ?

De passage au Botanique le 13 mars pour une soirée spéciale d'anniversaire des 10 ans du label liégeois Honest House durant laquelle Benoît Lizen fera également sa release.

 

Et que s'est-il passé dans le reste du monde ?

4) TWO GALLANTS (Etats-Unis)

En rock, on a vu débarquer dans les bacs le nouvel album du duo américain Two Gallants intitulé We Are Undone qui est également le nom du splendide morceau d'ouverture lancé fin novembre en éclaireur. L'identité du groupe de San Francisco est intacte et on reste dans la veine du précédent opus The Bloom and the Blight faite de guitare lourde et de piano triste, le tout emmené par la voix du chanteur Adam Stephens.

Souvent comparés aux Black Keys (ou aux White Stripes), ils ont quant à eux gardé un son presque americana (Some Trouble, Heartbreakdown, Katy Kruelly) et divulguent plus que leurs confrères des chansons lentes et empreintes d'émotion (There's so much I don't know, Invitation to the Funeral).

Bel album. De passage à l'Orangerie le 2 mars.

 

5) DRENGE (Angleterre)

On termine le tour d'horizon du rock pur par l'île magique et plus précisément le Derbyshire d'où est originaire un autre duo dont on vous a déjà parlé nommé Drenge. Ils ont divulgué mardi un nouveau titre intitulé We Can Do What We Want nouveau boulet de canon dans le style de leur premier album éponyme auquel ils feront donc un petit frère d'ores et déjà intitulé Undertow et dont la césarienne est prévue le 6 avril. Il va naître le divin enfant !

 

Je tiens à prévenir les personnes les plus fragiles sentimentalement qu'elles sont fortement susceptibles de tomber amoureuses des deux voix qui suivent...  

 

6) NATALIE PRASS (Etats-Unis)

La première est originaire de l'Etat de Virginie, a façonné son timbre dans la Mecque de la musique US qu'est Nashville et se nomme Natalie Prass. La jeune femme vient en effet de sortir un renversant premier album, complètement insolent de tendresse et de pureté via des instrumentations soignées et colorées (flûte, harpe, cordes,...) qui plantent magistralement le décor pour sa voix d'une douceur cajolante. Ses textes eux aussi sont empreints de poésie et à leur écoute, on aimerait tellement être celui qu'elle regrette... 

Nos deux climax se nomment Christy et Violently, mais My Baby don't understand me, Bird of Prey , Why don't you believe in me et Reprise sont autant d'autres moments de grâce qui nous poussent à avoir le même sentiment qu'avec l'album de Sharon Van Etten l'an dernier : pleurer, mais de bonheur.  

 

7) AMASON (Suède)

L'autre voix qui nous a fait craquer cette semaine nous vient de la scandinave Amanda Bergman, chanteuse du projet Amason qui vient de sortir son premier LP intitulé Sky City. Un album certes un peu inégal de la part des Suédois (ils jouent parfois trop avec les codes d'une pop 80's kitsch), mais qui a le mérite d'être frais et agréable à l'écoute de bout en bout.

Le titre Älgen impose ainsi d'entrée un son aérien et funky que prolongent Duvan et Kelly, sortes de croisement entre du Broken Bells, du Kate Bush et du Hall & Oates. Plus loin, les plus enjoués NFB et Velodrome confirment la bonhomie nordique et l'on s'imagine aisément en train de danser un slow langoureux avec l'être aimé sur The Moon as a Kite. Imparfait dans la totalité mais qui mérite vraiment le coup d'oreille, certainement pour sa voix.

 

8) ISAAC DANQUAH (Angleterre)

Côté hip-hop, on a repéré cette semaine la sortie d'un nouveau morceau en provenance du jeune MC anglais, petit Prince de Londres de 19 ans nommé Isaac Danquah. Il nous avait déjà tapé dans l'oreille l'an dernier via le titre Balance puis via l'EP The Boy Meets Man Experiment magnifique mélange entre des samples électronica et des références plus marquées avec un rap jazzy et old school duquel est extrait le clip du morceau Intrspctv.   

 

9) LES TRANSARDENTES (Belgique)

Traditionnel rendez-vous des amateurs d'électro, le festival liégeois des Transardentes aura lieu pour la 8ème fois aux Halles des Foires de Liège de Coronmeuse ce samedi soir. Au niveau de l'affiche on retrouve de grands noms des différentes scènes techno, house, drum’n’bass, dubstep ou encore trap. Pour ne citer qu'eux, Gesaffelstein, Daniel Avery, Chris Liebing, Nina Kravitz, Paul Woolford, The Upbeats ou le très funky Oliver $ à qui l'on doit le remuant Pushing On.

 

10) THYLACINE (France)

On termine par un jeune Français dont on vous avait déjà glissé le nom l'an dernier au moment de la sortie de son EP Blend, j'ai nommé Thylacine. Sur le passeport, le nom de William Rezé et Angers comme ville d'origine, dans nos oreilles un nouveau EP de 4 titres intitulé Exil sorti cette semaine et sur lequel trône le titre Closing accompagné d'un clip haletant. 

 

En réécoutant les 10 morceaux, je trouve la semaine vraiment royale.

Vivement la prochaine ! Belle semaine musicale à vous.

David Salomonowicz  

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK