Louis Michel: "On peut très bien avoir un accord avec le FDF"

Pour Louis Michel, le MR ne doit pas choisir entre le pays et le FDF.
Pour Louis Michel, le MR ne doit pas choisir entre le pays et le FDF. - © BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR

Les négociations reprennent ce dimanche dans un climat rendu tendu par les déclarations fracassantes d'Olivier Maingain et les réactions de certaines personnalités libérales. Tous les yeux sont désormais tournés vers le MR. Sur les ondes de la RTBF, l'ancien président de la formation, Louis Michel, a calmé les esprits.

Les négociateurs se retrouvent ce dimanche matin autour d'Elio di Rupo. La bonne ambiance décrite en fin de semaine dernière risque de s'être envolée. Les propos virulents tenus ce samedi par Olivier Maingain ne sont en effet pas passés inaperçus.

Louis Michel, l'ancien président du parti libéral et père de l'actuel numéro 1 du MR, était l'invité de La Première ce matin. Pour lui, Olivier Maingain ne fait que "répéter les positions francophones communes. Mais est-ce qu'il fallait le faire à ce moment-ci? J'en suis beaucoup moins sûr. Il est évident que quand on négocie, le silence est d'or. (...) Je crois que c'eût été plus confortable et sans doute plus efficace de laisser le président du parti gérer cette négociation."

Louis Michel, qui indique faire confiance à tous les négociateurs francophones, estime qu'Armand De Decker a tort lorsqu'il annonce être prêt à choisir le pays plutôt que le FDF.

"On peut très bien avoir un accord avec le FDF", a expliqué Louis Michel. "Le FDF a aussi beaucoup de gens qui ont le sens de l'État et dont je ne doute pas une seconde qu'à un moment donné, ils se rendront bien compte, comme tout le monde, que des pas sont à faire. Toute la question est d'évaluer si les pas que l'on fait vont trop loin ou non."

PIAB
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK