Virage fiscal: Kris Peeters veut des décisions importantes avant les vacances

Le vice-premier ministre CD&V, Kris Peeters, a rappelé mercredi qu'il attendait des décisions importantes dans le dossier du "tax shift" (virage fiscal) avant les vacances. Lors de son arrivée à la résidence du Lambermont, où se tenait une réunion du comité restreint, il a insisté sur la nécessité d'une réduction du coût du travail.

Le ministre de l'Emploi a évoqué le cas des Pays-Bas, où un tel débat a lieu et qui aura un effet sur la compétitivité des entreprises belges.

"Les Pays-Bas mènent déjà ce débat. Le cabinet Rutte (du nom du Premier ministre néerlandais) en a pour 4 à 5 milliards de réduction du coût salarial", a-t-il déclaré.

Entre 3 et 5 milliards

Selon lui, le gouvernement doit donc décider d'un "tax shift" dont le montant variera entre 3 et 5 milliards d'euros, en fonction de la modulation des mesures dans le temps.

Le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA), s'en est tenu à la consigne de discrétion dans ce débat. Il n'a pas voulu donner de commentaire sur l'agenda et l'aboutissement des travaux. "Il vaut mieux un bon accord, même si c'est plus tard", a-t-il dit.

Le vice-premier ministre MR, Didier Reynders, a répété quant à lui que sa priorité était une véritable réforme fiscale comportant une baisse significative des charges sur le travail, tant pour les entreprises que pour les travailleurs. Il estime donc que des efforts doivent être fournis en faveur du pouvoir d'achat. D'après lui, ce travail peut se faire en parallèle à la confection du budget 2016 et des années suivantes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK