Menace terroriste: la "taskforce" de Theo Francken pour surveiller les candidats réfugiés

Theo Francken (N-VA), secrétaire d'État à l'Asile et la Migration.
Theo Francken (N-VA), secrétaire d'État à l'Asile et la Migration. - © JASPER JACOBS - BELGA

Le secrétaire d’État à l'Asile et à la Migration, Theo Francken (N-VA) était entendu devant la commission Intérieur de la Chambre, ce mercredi. Interrogé par le député Koen Metsu (N-VA), Theo Francken a démenti les informations de quotidiens anglophones qui évoquaient la présence de possibles candidats terroristes dans les centres d'accueil de demandeurs d'asile.

Le secrétaire d’État a également détaillé les mesures déjà prises pour surveiller les candidats suspects et les radicaux. Parmi celles-ci, la création d'une "taskforce radicalisme".

Cette nouvelle structure réunit les départements de l'Intérieur, de l'Asile et de la Migration, de la Justice, les services de Fedasil, l'OCAM, la Sûreté de l'Etat, la police fédérale et les responsables des centres d'accueil.

"Optimaliser les flux d'informations"

"Pour chaque étranger, candidat demandeur d'asile, ou pas, et qui serait connu pour des faits de radicalisme, nous regardons au cas par cas et nous voyons quelles mesures prendre, a expliqué le secrétaire d’État devant les députés. Cela va du refus ou du retrait du permis de séjour, au rapatriement." Une feuille de route sera établie permettant de rassembler, voire optimaliser les "flux d'informations" entre services au sujet des étrangers radicalisés. Des "points de contacts" seront créés dans chaque service. Le suivi de la problématique des imams radicaux et des prédicateurs de haine seront également au centre des préoccupations de cette nouvelle structure.

"J'avais pris d'autres initiatives pour cette problématique, a-t-il ajouté, comme le screening des demandeurs d'asile par les services de renseignements tant militaires que civils, ou par la police fédérale, ce qui peut mener à une arrestation ou un éloignement. Et c'est d’application depuis septembre."

"Bref nous nous en occupons", a-t-il conclu.

Cette taskforce s'est réunie pour la première fois le 19 novembre et continuera à se réunir selon un rythme hebdomadaire. La prochaine réunion est prévue demain jeudi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK