Report de la déclaration: Charles Michel interpellé jeudi à la Chambre

Le Premier ministre Charles Michel cherche un accord sur le budget
Le Premier ministre Charles Michel cherche un accord sur le budget - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Alors que les négociations gouvernementales sur le budget ont été suspendues mardi en début de soirée, aucune réunion plénière n’est actuellement programmée. Le premier ministre Charles Michel donne pour le moment la priorité à des entretiens bilatéraux et à un travail discret en vue de boucler un accord sur le budget et des réformes structurelles, a indiqué son porte-parole. Les vices-premiers ministres Open Vld, CD&V et N-VA se sont succédé au 16 rue de la Loi. Il est peu probable qu'une négociation en réunion plénière ait encore lieu ce mercredi.

Débat autour de la taxe sur les plus-values

Le budget 2016-2017 est bouclé à condition que les partenaires s’accordent aussi sur les projets de réforme : impôt des sociétés, temps de travail, loi sur la compétitivité et les salaires, et la taxe sur les plus-values défendue encore et toujours par le CD&V. "Je pense que chacun sait que pour nous une fiscalité équitable est un point important. Ce n'est pas nouveau, je l'ai dit depuis des jours et des semaines. Et j'espère bien que les autres partenaires du gouvernement peuvent trouver une solution là-dessus avec nous" a déclaré le vice-Premier ministre Kris Peeters ce mercredi matin à la VRT.

Il s’agit d’une taxe à 30% sur les plus-values obtenues en cas de revente rapide d'actions en Bourse et produits dérivés. Cette taxe serait dégressive si on les conserve plus longtemps, pour frapper les gros portefeuilles, dit le CD&V : une mesure sociale donc. Faux, disent ses détracteurs, libéraux flamands en tête qui estiment que le petit épargnant investisseur sera aussi touché.

Le ministre N-VA des Finances, Johan Van Overtveldt, a réagi à cette proposition sur Twitter, et affirmé de manière claire que le financement de la réforme des sociétés 

Une taxe sur les plus-values est-elle nécessaire pour financer la réforme de l’impôt sur les sociétés ? Le ministre N-VA des Finances, Johan Van Overtveldt, répond clairement que ce n'est pas le cas sur Twitter : "(...) tant dans ma proposition originale que dans ses variantes, le financement de cette réforme est assuré à 100%. Et quiconque prétend le contraire ne connait pas son dossier "

Stimuler l'épargne

Et voilà que l'Open VLD vient aussi avec sa petite idée : stimuler l'épargne (260 milliards d’euros dorment sur les comptes et ne rapportent rien ou presque). Comment ? Grâce à un avantage fiscal pour ceux qui investissent dans l'économie, les entreprises, les PME. C’est une proposition dont le CD&V veut bien parler, si on examine aussi la sienne.

Charles Michel s'efforce toujours de trouver un compromis. La Commission européenne attend le budget des États membres pour le 15 octobre. La conférence des présidents de la Chambre s'est réunie ce mercredi à propos de l'agenda des prochains jours. Ce jeudi, le Premier ministre devra répondre aux questions des députés de l'opposition au sujet du report de sa déclaration de politique générale.

Et vendredi, les réunions des commissions Justice et Lutte contre le terrorisme ont été annulées. L'agenda a été dégagé, ce qui pourrait permettre à Charles Michel de prononcer sa déclaration, si la négociation gouvernementale aboutit entretemps.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK