Prisons: "Le protocole d'accord est arrêté", annonce Koen Geens

Après cinq semaines de grève dans les prisons, la majorité des syndicats du pays ont signé un accord avec le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V), a annoncé ce dernier lors d'une conférence de presse ce lundi soir.

"J'ai l'honneur de vous communiquer que quatre des six syndicats viennent de signer le protocole d'accord que je leur avais proposé mercredi dernier, à savoir les 3 syndicats néerlandophones, et le syndicat libéral francophone (SLFP, ndlr)", a annoncé Koen Geens, confirmant les informations que la RTBF avait reçues plus tôt.

Les ailes flamandes des trois syndicats (ACV, ACOD et VSOA) et l'aile francophone du syndicat libéral (SLFP) se distancient donc de la CGSP et de la CSC, qui ont rejeté l'accord. Le ministre a souligné la bonne concertation et laisse sa porte ouverte aux deux syndicats francophones.

"J'ai tout fait pour que tous les syndicats puissent y adhérer, mais ce n'est pas le cas pour l'instant, a-t-il ajouté. Il est évident que la porte reste toujours ouverte et je continuerai les contacts bilatéraux."

"Le protocole est arrêté, les négociations ont donné un résultat, et ce résultat vient d'être signé par quatre des six syndicats."

480 statutaires supplémentaires

Le protocole d'accord comprend notamment l'engagement de 480 statutaires supplémentaires dont 386 agents pénitentiaires, soit 75 de plus que dans le protocole conclu le 6 mai dernier mais rejeté par les francophones.

Ainsi, d'ici 2016, chaque agent sur le départ sera remplacé jusqu'à ce que le cadre atteigne 7075 équivalents temps plein contre 7241 en 2014. L'accord, qui comprend aussi des mesures pour lutter contre la surpopulation et des travaux infrastructurels, sera mis immédiatement à exécution, a prévenu Koen Geens.

"Dans les prisons où la grève continuerait, je ferai tout pour soulager les détenus et le personnel présent, c'est-à-dire les policiers, les militaires et la protection civile."

Une société privée pour distribuer les repas

Le ministre de la Justice a par ailleurs ajouté qu'une société de catering sera chargée dès ce mardi de fournir trois repas par jour dans les prisons afin de dégager le personnel pénitentiaire qui sera affecté à la remise en état des prisons. Cette mesure se cantonnera aux prisons où ce travail de remise en état serait nécessaire.

"Cela libérera le personnel qui fait les repas habituellement pour ranger, nettoyer les prisons et leur rendre un aspect plus acceptable", a expliqué Koen Geens. Ce dernier a insisté sur le fait qu'il s'agit du seul appel à une entreprise privée, "pour le reste, les services publics restent à la manœuvre". Le renfort des policiers et des militaires est maintenu.

Appel au "retour à la raison"

Koen Geens a souligné que, "du point de vue humain, il n'y a aucun problème. Les cinq semaines de contact étaient très constructives et (se sont déroulées) dans une atmosphère excellente". Cependant, "le recrutement dans les différentes prisons est urgentissime, nous devons commencer. Attendre plus longtemps dans le climat actuel n'était plus possible. Il existe une limite à ce que la concertation peut faire". Le ministre attend "le retour de la raison".

Les négociations sont donc considérées comme closes. L’accord serait ainsi appliqué et les agents pénitentiaires qui poursuivraient la grève ne seraient dès lors pas payés.

"Guerre de tranchées"

Après cinq semaines de grève dans les prisons francophones du pays, la base avait, d'après la FGTB, rejeté à 94,7% ce lundi le protocole d'accord conclu la semaine dernière entre les syndicats et le ministre de la Justice.

L'ACOD et l'ACV ayant signé le protocole du ministre Geens, ils ne reconnaîtront plus, dès ce mercredi, la grève dans la prison de Saint-Gilles. Filip Dudal de l'ACV déplore que deux ailes francophones de ces syndicats n'aient pas accepté le protocole.

"Je ne me sens pas bien à ce sujet. Mais les syndicats néerlandophones ont négocié et les syndicats francophones ont entamé une guerre de tranchées. J'espère que les liens pourront être rétablis", a-t-il commenté lundi soir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK