Pour l'opposition, "Jacqueline Galant enterre le RER"

"Ne dites plus que le RER sera achevé en 2025", a lancé Karine Lalieux (PS). "Il s'agit d'un RER bidon, un leurre pour les navetteurs", estime quant à elle Catherine Fonck (cdH). Marcel Cheron (Ecolo) a lui aussi dénoncé l'abandon de la mise à 4 voies.

Et pour fermer le banc des petites phrases assassines, c'est celle d'Olivier Maingain, (FDF) qui est la plus dure : "Une ministre wallonne a définitivement enterré le RER".

Le RER autour de Bruxelles n'a décidément pas fini de faire parler de lui. Et les mots de l'opposition étaient une nouvelle fois très durs à l'égard du projet – qui semble définitivement à l'arrêt – en commission Infrastructure de la Chambre, où la ministre Jacqueline Galant (MR) s'expliquait ce mardi après-midi.

Un accord avec la Région wallonne et Beliris

Interpellée à ce sujet, la ministre de la Mobilité a reconnu les retards pris pour achever le RER ainsi que l'épuisement du fonds RER où il ne reste que 105 millions d'euros alors que 900 millions d'euros sont nécessaires pour terminer les travaux.

Selon la ministre, tous les travaux ne sont pas nécessaires pour améliorer l'offre de transport suburbain sur ces voies. Jacqueline Galant estime ainsi que 60% de l'offre suburbaine est déjà effective et que moyennant l'achèvement de certains tronçons, il sera possible de proposer jusqu'à 90% de l'offre de trains régionaux dès 2017.

La ministre a ainsi annoncé que 126 millions seraient nécessaires pour finaliser la ligne 161, et qu'un accord avec la Région wallonne et Beliris devrait permettre d'atteindre cet objectif. Le but n'étant plus de mettre tout à 4 voies.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK