Plan stratégique de la Défense : insuffisant, selon l'opposition

Steven Vandenput s'est expliqué devant les députés ce mercredi
2 images
Steven Vandenput s'est expliqué devant les députés ce mercredi - © RTBF

Le ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) a présenté ce mercredi au députés son "plan stratégique". Le gouvernement fédéral en avait adopté les grandes lignes lors de son dernier conseil des ministres de l'année 2015. Plus de 9 milliards d'euros d'investissements sont prévus pour les 15 prochaines années. A terme, l'armée devrait être réduite à 25 000 hommes, contre 32 000 aujourd'hui.

Les objectifs sont donc fixés. Reste à les concrétiser, avec quelques dossiers sensibles. Par exemple : le remplacement des actuels 56 avions de combat F-16 par 34 chasseurs-bombardiers. Le choix ne sera pas neutre, que ce soit d'un point de vue opérationnel, de celui des retombées économiques ou encore géopolitiques.

Par ailleurs, le plan prévoit aussi de remplacer, pour la marine, les 2 frégates et les 6 chasseurs de mines.

Répartition communautaire

Autre dossier délicat: l'éventuelle fermeture de casernes. Là non plus rien n'est décidé, mais certains s'inquiètent déjà au sein de l'armée de la répartition communautaire de ces efforts, d'autant que le personnel aura à s'adapter.

Outre la diminution de quelque 5 à 6000 équivalents temps pleins, le plan stratégique vise à un rajeunissement des troupes : d'un âge moyen de 40 ans actuellement, à 34 ans, pour permettre d'être toujours plus flexible et déployable le plus rapidement possible. Une piste est déjà avancée en collaboration avec son collègue de l'intérieur, le N-VA Jan Jambon: reconvertir des militaires en fin de carrière dans le nouveau corps de police de surveillance et de protection.

Le message général s'adresse notamment à nos partenaires au sein de l'OTAN qui s'inquiétaient depuis des années de voir les dépenses militaires de la Belgique fondre comme neige au soleil. La Défense devrait donc échapper aux sacrifices budgétaires imposés par le gouvernement Michel aux autres départements.

Un plan insuffisant, selon le PS

Devant les députés ce mercredi, le ministre Vandeput a rappelé que la volonté était d'avoir une Défense équilibrée, opérationnelle et qui se spécialise de plus en plus pour apporter une plus-value vis-à-vis de nos partenaires européens et internationaux. Équilibrée "au niveau de son budget aussi : 50% pour les dépenses en personnel, 25% en fonctionnement et 25% en investissement."

Parmi les 9,2 milliards d'investissements prévus d'ici 2030, le ministre a pointé les 34 avions de chasse qui remplaceront les F-16 vieillissants, 6 drones, 6 chasseurs de mines et 2 frégates. "Ça faisait longtemps que la Belgique n'avait pas investit autant dans la Défense. La Belgique, qui abrite l'UE et l'OTAN, doit montrer l'exemple et de montrer solidaire des pays partenaires", a commenté le député MR Denis Ducarme.

A propos du personnel qui passera de 32 000 à 25 000 hommes, le député socialiste Sébastien Pirlot (opposition) estime que "ce ne sera pas suffisant pour remplir toutes les missions de la Défense. Chaque année plus de 1000 hommes quittent les rangs de l'armée, on engage chaque année 700 personnes. Ça sera insuffisant".

Le député cdH Georges Dallemagne trouve que le plan est ambitieux et plutôt positif mais qu'il ne s'agit pour le moment que de promesses pour les prochains gouvernements : "Le gouvernement Michel a décidé de maintenir les coupes budgétaires dans la Défense jusqu'à la fin de la législature et ce plan ne sera appliqué que lors des prochains gouvernements fédéraux".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK