Les risques d'attentats sur le sol belge sont de niveau 3, selon Jan Jambon

Jan Jambon, ministre de l'Intérieur
2 images
Jan Jambon, ministre de l'Intérieur - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Le conseil des ministres a donné vendredi son feu vert à une nouvelle série d'initiatives dans le cadre de la provision interdépartementale de 400 millions d'euros décidée pour lutter contre le terrorisme. Selon Europol, qui cite la Belgique, l'organisation terroriste État islamique (EI) planifie de nouveaux attentats en Europe. Ces informations "correspondent à la définition du niveau 3 en Belgique, arrêté il y a près d'un an", a réagi le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA).

C'est au regard du niveau 3 - attaque vraisemblable - qu'il faut comprendre les informations d'Europol ainsi que celle en provenance des Etats-Unis la semaine dernière. Rien de neuf dès lors, selon le ministre.

Vendredi, le gouvernement a confirmé des engagements dans la police et la Sûreté de l’État, ainsi que du personnel pour lutter contre le radicalisme dans les prisons. Il s'agit d'une enveloppe de 600 000 euros structurels pour le renforcement de la Sûreté, à savoir l'engagement de 23 inspecteurs et de cinq analystes. Sept de ces inspecteurs et trois analystes seront intégrés au plan Canal. 253 000 euros sont alloués à l'engagement d'assistants de sécurité et d'assistants sociaux dans le cadre de la lutte contre le radicalisme en prison. La police disposera elle de quatre véhicules pour les équipes spécialisées et de matériel supplémentaire pour les services d'appui spécialisés dans les explosifs.

Le gouvernement a confirmé la présence des militaires dans la rue. Ceux-ci ont intégré depuis peu des patrouilles mixtes avec la police, ce qui permet d'alléger les effectifs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK