L'opposition exige la présence de Charles Michel au Parlement

L'opposition exige la présence de Charles Michel au Parlement
3 images
L'opposition exige la présence de Charles Michel au Parlement - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Dans les rangs de l'opposition, l’indignation est unanime après l’annonce du report de la déclaration de politique gouvernementale du Premier ministre . Et quoi qu’il arrive, la Chambre se réunira bien mardi après-midi. La constitution ne laisse pas de choix: l'année parlementaire débute le deuxième mardi d'octobre. Et une rentrée sans déclaration du gouvernement va faire tache.

Au cdH, Catherine fonck a twitté plus vite que son ombre en s’indignant que la ministre du budget Sophie Wilmes (MR) explique le budget sur les ondes de la radio, alors que, dans le même temps, le Premier ministre annule le débat à la Chambre.  "Où est la démocratie ? ", peut-on lire dans l’un de ses tweets, tandis qu’elle demande un débat dès cet après-midi à la Chambre.

Une " crise grave " de la majorité

Même exigence du côté du groupe PS qui requiert la présence de Charles Michel à la Chambre et évoque " une véritable crise, avec un gouvernement sans budget, sans déclaration". Le groupe socialiste se dit par ailleurs " inquiet" des nouvelles mesures d'austérité qui pourraient frapper le citoyen. " Les recettes fiscales sont dans le flou absolu, on annonce sans plus d'explication de nouvelles mesures dans la lutte contre la fraude ". Il faut là aussi des explications, insistent les socialistes.

Pour l'ancien premier ministre socialiste Elio Di Rupo, il est clair que le gouvernement fédéral vit des moments difficiles. Le président du PS dit s'inquiéter particulièrement du montant des économies annoncées dans le secteur des soins de santé. "Je ne conteste pas le fait que l’on postpose. Je dis simplement que si on annonce une date sans s’y tenir, c’est qu’il y a des difficultés. Qu’il s’agisse de péripéties ou des difficultés structurelles, nous le verrons. Mais ce qui m’importe le plus, ce sont les mauvaises mesures. Pourquoi allons-nous faire des économies dans les soins de santé?"

 

 

A l’unisson, le président de DéFI, Olivier Maingain, considère que "le Premier ministre doit cet après-midi répondre aux questions d'urgence de l'opposition. ". Tout comme au PS, Défi évoque une " crise grave " de la majorité.

Mise en garde des verts

Les Verts mettent la majorité en garde: " L'appel pour plus de justice ne va pas disparaître, bien au contraire! Le seul horizon que semble nous offrir ce Gouvernement, c'est un affaiblissement de notre système de sécurité sociale, des économies dans les soins de santé et de manière générale une moins bonne qualité de vie pour nous tous. Et ce n'est pas l'absence du Premier Ministre aujourd'hui à la Chambre qui nous permettra d'espérer le contraire !", poursuit Jean-Marc Nollet.
" Il est clair que l'exercice n'est pas simple. Mais les difficultés sont connues depuis des mois. Ces négociations de dernière minute donnent le sentiment que la conduite de ce Gouvernement par Charles Michel est chaotique et non maîtrisée ", conclut Jean-Marc Nollet.

Dans un document, Ecolo demande officiellement au président de la Chambre de "requérir la présence du Premier ministre" lors de la séquence plénière du Parlement de ce mardi 11 octobre.

A la suite des problèmes survenus lors des négociations budgétaires le président de la Chambre a décidé de convoquer la conférence des présidents à 13H45 heures. Cette conférence décide par consensus, et si le consensus ne se forme pas, à la majorité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK