Johan Van Overtveldt : le tax shift créera "plusieurs milliers d'emplois"

Combien d'emplois seront créés grâce au virage fiscal mis en place par le gouvernement fédéral? Interrogé par la RTBF, le ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) refuse de livrer un chiffre précis : "Plusieurs milliers d'emplois, mais cela dépend aussi des circonstances internationales parce que notre économie est très ouverte, donc tout ce qui se passe dans le monde entier est très important pour nous. Mais cela va avoir un impact considérable sur l'emploi. Cela va certainement augmenter la croissance, mais pour mesurer exactement cet impact il faut prendre en considération ce qui se passe dans les pays autour de nous".

"Si on diminue les charges sur le travail, pour les entreprises et pour les gens, c'est sûr que cela va un impact sur notre économie, sur la demande et sur l'offre d'emplois. Donc on va certainement gagner", poursuit-il.

"Le tax shift, c'est changer de gauche à droite"

Selon le ministre du Budget, le désavantage compétitif dont souffre la Belgique depuis les années 90 sera "éliminé, c'est sûr et certain". Mais il reste un manque de compétitivité, antérieur à cette période, qui doit encore être éliminé. Grâce au saut d'index et aux mesures incluses dans le tax shift, nous avons "pris pas mal de mesures pour améliorer cette compétitivité".

En juillet dernier, le gouvernement promettait d'augmenter le "salaire poche" des travailleurs à bas et moyens revenus de 100 euros dès 2016. Cela est-il confirmé? "Tous ceux qui travaillent vont gagner; ça c'est sûr et certain. Il n'y a pas de doute là-dessus" répond Johan Van Overtveldt. "En 2016, ceux qui touchent le salaire minimum, vont gagner, en net par mois, 83 euros. Soit plus de 1000 euros par an". En 2016, les salaires intermédiaires gagneront par mois 57 euros net de plus, ajoute-t-il.

Trou de 400 millions en 2015

"Le tax shift, c'est changer de gauche à droite. Que la taxation globale va diminuer, c'est le résultat inévitable de la manière dont nous avons construit le tax shift. Globalement, on parle de 8 milliards de réduction de taxes. Pour les financer, il y aura 6 milliards d'augmentation de certaines taxes indirectes, et 1,5 milliard d'économies, et aussi les effets de compensation en termes de croissance additionnelle et d'emplois additionnels" résume le ministre N-VA.

La semaine passée, il était question d'un trou budgétaire de l'ordre de 880 millions d'euros pour le budget de 2015. Qu'est est-il aujourd'hui? Ce trou "était la situation à ce moment-là" dit Johan Van Overtveldt. En mettant à jour les données, le SPF Finances a découvert que le trou s'élevait à 400 millions d'euros environ.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK