C. Michel: "Jacqueline Galant a présenté sa démission au roi, qui l'a acceptée"

Charles Michel a annnoncé la démission de sa ministre, Jacqueline Galant
Charles Michel a annnoncé la démission de sa ministre, Jacqueline Galant - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

La ministre de la Mobilité MR Jacqueline Galant a présenté sa démission, qui a été acceptée par le Premier ministre Charles Michel. 

C'est ce que le Premier ministre Charles Michel a déclaré ce matin. "Je me suis exprimé hier à la chambre et je m’étais engagé au nom du gouvernement concernant ce rapport et la manière il a a été traité, a-t-il déclaré. A l’issue de la séance plénière il a été confirmé, et contrairement à ce qui m’a été communiqué, qu’un rapport a bien été discuté et en juin 2015, mais pas soumis à la connaissance de la Chambre."

Charles Michel précise que ce sont les documents présentés jeudi soir qui ont poussé Jacqueline Galant à présenter sa démission. 

"Jacqueline Galant a entrepris plusieurs réformes courageuses et, au nom du gouvernement, je la remercie pour le travail accompli, a-t-il ajouté. Je salue la dignité dont elle fait preuve sur le plan personnel."

Jacqueline Galant s'est elle-même exprimée dans une conférence de presse peu après, dénonçant la croisade menée contre elle par l'ancien chef de son administration, Laurent Ledoux.

Olivier Chastel critique Laurent Ledoux

Le président du MR, Olivier Chastel, a lui réagi par communiqué. "Jacqueline Galant prend aujourd'hui sa décision dans l'intérêt de notre pays. Les matières liées à la mobilité sont capitales pour son développement socio-économique. Il est nécessaire de prendre de la hauteur pour gérer ces dossiers dans la sérénité. Force est de reconnaître que ce grand déballage ne permet plus à Jacqueline Galant d'exercer son mandat dans de bonnes conditions".

Et de condamner la publication de documents confidentiels. "Je m'en étonne, et je m'étonne également qu'un haut responsable d'une administration se répande dans la presse de façon fort peu élégante pour clouer au pilori une ministre", déclare Olivier Chastel.

Quant au nom du successeur de la ministre de la Mobilité, le parti libéral avait annoncé ce vendredi matin qu'il se donnerait le temps de la réflexion avant de désigner un successeur.

Commission Infrastructure annulée cet après-midi

La pression était maximale sur la ministre. Elle était attendue cet après-midi en commission Infrastructure de la Chambre pour répondre aux députés sur les manquements présumés de son cabinet sur la sécurité dans les aéroports. Cette commission n'aura pas lieu.

Pourtant, des questions subsistent, constate l'opposition, qui avait demandé la présence de Charles Michel à la Chambre.

Que s'est-il passé?

L'opposition réclamait la démission de Jacqueline Galant depuis deux jours, après que des documents aient fuité dans la presse et remis sérieusement en question ses déclarations.

Deux principales questions demeurent:

- Était-elle au courant de rapports de la Commission européenne sur les manquements à la sécurité de l'aéroport de Zaventem ? Elle dit que non, mais des documents révélés par le chef démissionnaire de son administration, Laurent Ledoux, prouveraient le contraire. Charles Michel a également affirmé jeudi à la Chambre qu'il n'était pas au courant de ces rapports. Mais l'intervention du Premier ministre a eu lieu avant que les nouveaux documents ne soient publiés dans les médias.

- A-t-elle refusé des budgets pour renforcer l'équipe d'inspecteurs de la sûreté des aéroports ? De nouveau Laurent Ledoux dit que oui, mais le cabinet Galant répond qu'aucune demande formelle ne lui a jamais été adressée. Des documents révélés par Ecolo prouveraient le contraire, mais sont contestés par le cabinet de la ministre.

Laurent Ledoux avait démissionné jeudi, dénonçant les méthodes de la ministre Galant et sa méconnaissance des dossiers. Il était l'invité du JT de 13h pour donner sa réaction, après la démission:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK