Contrôles à la frontière: Paris s'étonne, Bruxelles dit avoir suivi la procédure

La police belge contrôle une voiture à Adinkerke à la frontière avec la France le 24 février 2016
2 images
La police belge contrôle une voiture à Adinkerke à la frontière avec la France le 24 février 2016 - © Kurt Desplenter

Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a qualifié ce jeudi d'"étrange" la décision de la Belgique de rétablir des contrôles à sa frontière avec la France pour faire face à d'éventuels mouvements de migrants en provenance du camp de Calais.

"Cette décision est pour nous étrange et ses motivations le sont tout autant", a dit Bernard Cazeneuve à son arrivée à une réunion avec ses homologues européens à Bruxelles, consacrée à la crise migratoire.

La Belgique a annoncé mardi avoir rétabli provisoirement des contrôles à sa frontière avec la France, pour faire face à un éventuel afflux de migrants quittant la "Jungle" de Calais.

"Nous n'avons pas été prévenus", a déploré le ministre français, assurant "qu'il n'a jamais été question pour le gouvernement français d'envoyer des bulldozers sur la lande pour procéder à la dispersion des migrants".

"Mise à l'abri"

"La volonté du gouvernement est de procéder à la mise à l'abri de tout ceux qui relèvent du statut de demandeur d'asile en France", a-t-il expliqué, mettant en avant une "opération humanitaire". "Prétendre qu'il pourrait y avoir en raison de cette mise à l'abri un afflux de migrants à la frontière belge ne correspond pas à la réalité", a insisté Bernard Cazeneuve.

Le ministre français a écarté tout parallèle avec la décision de Paris en novembre de rétablir des contrôles à sa frontière avec la Belgique, après les attentats commis dans la capitale française qui ont fait 130 morts.

La Belgique se justifie

Les reproches de Bernard Cazeneuve sont contestés en bloc, mais assez diplomatiquement, par Jan Jambon (N-VA) ce jeudi midi.

Pour le ministre belge de l'intérieur, la Belgique a respecté toutes les procédures européennes. La Belgique a bel et bien informé la France, en temps et en heures, entre polices et au niveau ministériel, a dit Jan Jambon dans une communication à la presse.

De plus, les chiffres de la police à la frontière démontre qu'il y a bel et bien une arrivée de migrants venus de Calais en Flandre occidentale : 32 personnes avaient été arrêtées la veille des contrôles et une centaine le lendemain, ce mercredi.

Jan Jambon a écrit à Bernard Cazeneuve pour s'expliquer, une lettre dans laquelle il propose une solution de "retour" en commun, selon lui la solution profonde à cette problématique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK