Charles Michel appelle "à la mobilisation" pour mettre en place "une CIA européenne"

Charles Michel appelle "à la mobilisation" pour mettre en place "une CIA européenne"
Charles Michel appelle "à la mobilisation" pour mettre en place "une CIA européenne" - © Tous droits réservés

"J'appelle à ce qu'il y ait une mobilisation pour mettre en place une agence européenne du renseignement : une CIA européenne", a déclaré le Premier ministre invité sur le plateau des Décodeurs. 

Un mesure "concrète" pour améliorer l'actuelle coopération européenne et internationale qui a ses failles : "On voit bien que souvent dans ces attentats, des personnes ont été repérées par l'un ou l'autre service, mais on n'a pas su utiliser convenablement l'information dont on disposait pour empêcher que l'acte ne se produise. Là, c'est certainement le sujet sur lequel il faut travailler mieux et plus à l'avenir, et le faire dans le cadre européen certainement", a-t-il affirmé.

Nous n'avons pas en Belgique des endroits où la police n'ose pas circuler

Une façon aussi pour Charles Michel (MR) de répondre aux critiques dont fait face la Belgique, avec notamment une Une du journal Le Monde assez offensive envers les autorités belges : "La Belgique : une nation sans Etat", avait écrit le journal français. 

"C'est assez lamentable comme type d'article dans la mesure où cela manque totalement de nuances", a réagi le Premier ministre. "Qu'il y ait, en Europe, en Belgique, et dans d'autres pays des difficultés en lien avec le radicalisme, des difficultés en lien avec des phénomènes de criminalité, bien entendu, et on doit se mobiliser par rapport à cela. Mais on n'a pas une jungle de Calais avec 6000 personnes comme c'est le cas en France. Nous n'avons pas connu nous en Belgique des attaques meurtrières en plein cœur de Marseille dans le cadre du grand banditisme. Nous n'avons pas en Belgique des endroits où la police n'ose pas circuler dans certaines banlieues comme c'est le cas en France parce que les voiture sont caillassées. Par contre, oui, nous avons quelques difficultés dans quelques endroits en particulier. Nous voulons prendre ça à bras le corps. Je suis totalement déterminé".

Et de rappeler que des mesures ont été prises, notamment, pour expulser les prédicateurs haineux qui "nourrissent le terrorisme"

Quant au juge d'instruction, Michel Claise, qui se disait "désespéré" par "le manque de moyens" pour la lutte contre la criminalité financière, il répond que son gouvernement "a conforté les mesures prises par le gouvernement précédent" et "augmenté les mesures et les moyens". "En quelques mois, on a recruté des fonctionnaires supplémentaires pour les services de lutte contre la fraude fiscale. Et surtout nous avons fait ce que personne n'avait fait avant, nous avons au Conseil national de sécurité, pris des dispositions pour pouvoir geler les avoirs financiers dans le cadre de préparation d'actes terroristes".

On ne pouvait pas tout dire 

Sur les critiques par rapport à la communication du gouvernement fédéral ces derniers jours, Charles Michel rétorque : "Nous avons systématiquement communiqué, en temps réel, sur base des infos que nous disposions au moment où on nous les donnait. Mais on ne pouvait pas tout dire, c'est ça qui est difficile"

"Il n'est pas question de donner des informations qui peuvent être utilisées par des personnes qui ont de mauvaises intentions", ajoute-t-il. "On peut toujours mieux faire" mais "on a travaillé jour et nuit" et "il n'y a pas eu d'attentat en Belgique".  

S'il dit comprendre que cette situation a été difficile à vivre pour les citoyens, il estime que son gouvernement a agi "rapidement" en prenant des mesures concrètes sur le terrain (déploiement de la police et des militaires dans les rues de Bruxelles) et en ouvrant un centre de crise pour répondre aux questions et inquiétudes de la population.  


Il vaut mieux faire un peu plus que trop peu

Concernant la décision de fermer les écoles, Charles Michel a déclaré que c'était surtout une demande venue des ministres de l'Enseignement en Flandre et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, mais qu'il en assumait l'entière responsabilité : "On a décidé ensemble". Mais, précise-t-il, "il vaut mieux faire un peu plus que trop peu et avoir un drame".

Dans tous les cas, le chef du gouvernement veut revenir le plus vite possible à la vie normale, "ce qui n'est toujours pas le cas", tout en prenant des mesures de précaution. 

"Les terroristes ne préviennent pas. Il y a toujours une part d'incertitude", dit-il.

Que va-t-il faire des 400 millions alloués à la lutte contre le terrorisme ?

C'est une des mesures annoncées il y a dix jours pour lutter contre le terrorisme : 400 millions d'euros dégagés par le gouvernement fédéral en faveur de la sécurité et contre le terrorisme.  

Charles Michel a été assez précis sur ce qu'il va faire de cette somme : "Continuer à donner plus de moyens aux services de renseignement civil et militaire ; renforcer les moyens du Parquet fédéral ; investir pour des banques de données de reconnaissance vocale ; investir dans des techniques et du matériel ; et aussi dans des ressources humaines"

Pas de chèque en blanc à la Turquie

Autre sujet de discussion : le sommet européen de ce dimanche après-midi au sujet des réfugiés et l'aide à apporter à la Turquie pour faire face à cet afflux. 

Il n'y aura "pas de chèque en blanc à la Turquie", a clairement indiqué le Premier ministre. "Cela veut dire 'oui' pour un partenariat stratégique avec la Turquie, c'est crucial. Il y a plus de 2 millions de réfugiés en Turquie aujourd'hui et il est important que l'on puisse soutenir la Turquie en aide humanitaire, par exemple, pour qu'il puisse y avoir un accueil dans la dignité des réfugiés syriens. Mais pas seulement en Turquie. Aussi en Jordanie, au Liban, par exemple. Nous sommes prêts à mobiliser des moyens pour cela. A condition que la Turquie prenne aussi des engagements. Des engagements de contrôle aux frontières entre la Turquie et l'Europe, mais aussi entre la Syrie et la Turquie. Il faut aussi que la Turquie leur permette de travailler en Turquie pour leur donner aussi une perspective à proximité de chez eux"

Chacun préférerait que ce soit l'autre qui fasse l'effort

Le Premier ministre s'est également exprimé ce dimanche midi sur l'accord belge sur le climat qui tarde à venir : "Nous sommes tous d’accord pour dire que nous devons être ambitieux. Nous plaidons tous pour qu'il y ait des accords contraignants. Par contre, le paradoxe, c'est qu'une fois que l'on a dit ça, chacun préférerait que ce soit l'autre qui soit d'accord. Cela, ça ne va pas !" , a précisé Charles Michel qui ne désespère toutefois pas avoir encore un accord ce dimanche. Des négociations sont en cours et vont "se poursuivre tout au long de la journée" .

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK