"Belgium's most wanted", les criminels les plus recherchés recensés sur un site fédéral

Le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) a lancé ce vendredi matin dans les locaux de la police fédérale à Bruxelles le site internet "Belgium's most wanted", qui recense les noms de criminels les plus recherchés, reconnus coupables de délits graves par un tribunal pénal belge.

"Ce sont des gens condamnés en Belgique à une peine de plus de trois ans. Ils font l'objet d'un signalement international donc ils sont recherchés aussi bien dans l'espace Schengen que dans l'espace Interpol et ce sont des gens pour lesquels ont n'a malheureusement aucune piste", explique Eric Clavie, responsable adjoint de la cellule Fast (Fugitive Active Search Team).

La liste compte à son lancement vingt noms et est comparable à la liste "Most wanted" des US Marshals. Le Fast (Fugitive Active Search Team) de la police fédérale attirera l'attention du public via les médias sur chaque nouveau nom listé.

Sur le site, chaque photo de criminel recherché est accompagnée d'une description et d'un résumé des faits qui lui sont reprochés. Le public peut laisser des éléments d'information directement en ligne, même de façon totalement anonyme. "Les gens voient les choses, observent et on compte beaucoup sur la collaboration, comme on le fait pour les disparitions par exemple", a déclaré Claude Fontaine, directeur générale de la police judiciaire fédérale.

"Il est certain qu'il y aura comme à chaque fois un tri à faire entre les informations plus fiables et moins fiables. Le plus important, c'est qu'on ait la bonne information", ajoute le directeur de la police judiciaire fédérale.

Ce type de site internet existe déjà au niveau européen depuis le début de l'année 2016. En onze mois, neuf fugitifs ont pu être appréhendés grâce aux informations collectées via le site internet.

Le crime ne peut et ne pourra jamais payer

"La recherche active de grands criminels est non seulement une priorité de la police et de la justice, mais elle contribue également au sentiment de sécurité chez les citoyens", a déclaré Koen Geens.

"Les victimes de faits graves ressentiraient une profonde injustice si des malfaiteurs pouvaient échapper à leurs peines. Avec 'Belgium's most wanted' nous contribuerons à ce que les peines soient effectivement exécutées. Le crime ne peut et ne pourra jamais payer."

Le ministre a précisé avoir entamé les travaux préparatoires en vue de la mise en place d'un régime complet et cohérent dans le cadre de l'exécution des peines, en appliquant notamment les méthodes de recherches des suspects aux condamnés. Il soumettra un projet de loi au Parlement en 2017. Celui-ci vise à faire disparaître les incohérences juridiques belges en comparaison des législations des autres pays européens.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK