Accueil des demandeurs d'asile: la Croix Rouge met au point son dispositif

Le Conseil des ministres a approuvé en urgence jeudi la création de près de 2500 places d’accueil supplémentaires (au minimum) pour faire face à l'importante augmentation des demandeurs d'asile.

Parmi les lieux retenus, des centres d'accueil dont la capacité va être augmentée, d'autres qui vont rouvrir et d'autres encore qui vont être créés dans cinq quartiers militaires.

Sont concernées en Wallonie, les casernes Saint-Jean à Tournai, avec de 450 à 790 places, et Saint-Laurent à Liège, avec 100 places. Ce matin, 25 directeurs de centres et chefs de service de la Croix Rouge francophone se réunissaient à Liège pour mettre au point le dispositif d'accueil.

La Croix-Rouge s'y attendait

Une décision a été prise en urgence, mais la Croix-Rouge s'y attendait et elle a la capacité de réaction, affirme son responsable de l'accueil des demandeurs d'asile, Billy Jungling : "Nous avons des équipes formées. Nous avons déjà réagi il y a trois ans, en ouvrantr trois, quatre casernes en plein hiver. Il faut du personnel, il faut la cuisine, il faut les couvertures, il faut les paquets sanitaires. Il faut voir les fonctionnalités, la sécurité dans ces bâtiments-là, les hôpitaux proches... Donc on a vu les 300 places qu'il faut répartir dans notre réseau, nous avons 18 centres d'accueil pour l'instant, nous accueillons déjà 4000 personnes, donc c'est ce réseau-là qu'on va un peu augmenter. J'ai nommé trois personnes pour démarrer à Tournai, des personnes d'expérience".

Freddy Simon fait partie de ce trio chargé de coordonner l'installation d'un centre d'accueil à la caserne de Tournai : "C'est un très gros challenge à tous niveaux. Au niveau logistique bien entendu : les bâtiments sont de très belle qualité, mais bon, il faut les meubler, il faut surtout placer une cuisine pour 400 personnes et aussi s'appuyer sur des compétences et sur du recrutement local. C'est aussi un challenge, comme dans tous les centres qu'on ouvre, de pouvoir faire expliquer à une population, de rentrer en contact avec eux et de pouvoir leur faire accepter et leur faire comprendre le bien fondé de l'opération." 

A Tournai, l'objectif est de créer 400 places dans le mois. En région liégeoise, la Croix-Rouge table sur 200 dans les quinze jours.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK