Georges Gilkinet, un des "snipers" d'Ecolo, est l'invité de Jeudi en Prime

Georges Gilkinet, député Ecolo
Georges Gilkinet, député Ecolo - © ERIC LALMAND - BELGA

Défaits aux dernières élections, les Verts sont désormais dans l’opposition à tous les étages de la maison Belgique. Une position plutôt confortable dès lors qu’il s’agit de tirer à vue sur tout ce qui bouge, sans être encombré par la nécessité de ménager également une présence dans l’une ou l’autre majorité. 

Du coup, les Verts ne se privent pas de jouer les justiciers, prompts à dénoncer tout manquement et autre erreur de parcours des divers gouvernements. C’est ainsi que les Verts furent les premiers à s’émouvoir et à s’indigner du volte-face des Wallons sur le cumul des mandats. Sourcilleux sur les questions d’éthique en politique, le dossier "Publifin" leur a donné également du grain à moudre, même  si Ecolo -  comme les autre partis - a participé à la mise en place du système "Publifin". Il n’en reste pas moins que les Verts réclament aujourd'hui la mise en place d’une commission d’enquête, ainsi que le remplacement du ministre wallon des Pouvoirs locaux,  Paul Furlan (PS) par une personnalité indépendante.

Commissaire Gilkinet

A l’étage Fédéral, les députés Verts se partagent le terrain de chasse. Membre (hyper)-actif de nombreuses commissions parlementaires,  Georges Gilkinet est plutôt du style gros bosseur, à potasser sans fin ses dossiers, il s’était d’ailleurs déjà fait remarquer lors de la commission sur le démantèlement du groupe Dexia. Aujourd’hui concentré sur les questions de Sécu, sur le scandale des "Panama Papers", sur la fraude fiscale, depuis peu il est aussi très en pointe sur le dossier dit du "Kazakhgate",  le dossier à tiroirs qui n’a pas fini d’animer l’actualité politique, au point pour certains d’évoquer une "véritable affaire d’État".

Et alors même que la commission d’enquête parlementaire du "Kazakhgate" a été mise en place dans la douleur et démarre doucement ses travaux, le député Ecolo n’a pas l’intention de faire de la figuration. Certes, on attend toujours l’issue de l’information judiciaire concernant Armand De Dedecker (MR , un des principaux protagonistes de cette affaire, soupçonné de trafic d’influences pour favoriser l’adoption d’une loi sur la transaction pénale, mais Georges Gilkinet poursuit ses propres investigations, devenant pour le coup un fin connaisseurs d’un dossier dont, selon ses dires, "on ne connait que la face émergée de l’iceberg".

Alors quelles sont ses intimes convictions sur cette affaire ? Les Verts n’ont-ils pas beau jeu de jouer les "pères la vertu" alors même qu’ils ne sont plus aux affaires ? Réponse ce soir: Georges Gilkinet est l’invité de Jeudi en Prime (JEP).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK