Zuhal Demir: "La semaine la plus difficile de ma carrière politique"

Zuhal Demir: "La semaine la plus difficile de ma carrière politique"
2 images
Zuhal Demir: "La semaine la plus difficile de ma carrière politique" - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

La secrétaire d'État à l'Égalité des chances et à la Lutte contre la pauvreté Zuhal Demir (N-VA) est revenue, dans un message sur Facebook, sur le tollé qu'ont suscité ses déclarations sur le CD&V qui serait "le parti des musulmans".

"C'était sans aucun doute la semaine la plus difficile de ma carrière politique", écrit-elle.

L'élue N-VA concède que ses mots étaient forts et "sans doute pas adaptés pour un membre du gouvernement". Elle espère que le CD&V est satisfait des excuses qu'elle a transmises au Premier ministre, même si elle s'en tient à son analyse.

"Bétail électoral"

Dans une interview accordée au Zondag la semaine dernière, Zuhal Demir "mettait en garde" les Flamands contre un CD&V "parti des musulmans" et affirmait que le président Wouter Beke considérait les musulmans comme "du bétail électoral".

Celui-ci a alors exigé des excuses, menaçant sinon de ne pas voter la confiance mardi lors de la présentation de la note de politique de Mme Demir à la Chambre. Zuhal Demir est revenue sur cette semaine mouvementée lundi dans un message posté sur Facebook.

Une catastrophe pour tout processus d'intégration

Si elle reconnaît que son ton "n'était vraisemblablement pas adapté pour un membre du gouvernement" et l'a reconnu devant le Premier ministre, la secrétaire d'État maintient son analyse."Je refuse de m'en distancer, d'autant que je la fais depuis un an déjà." Zuhal Demir maintient également sa critique sur les musulmans qui ne doivent pas être considérés comme "bétail électoral". Politiquement, c'est peut-être une "victoire rapide", mais c'est dommageable sur le long terme.

"Cela fait en sorte que les normes et les valeurs du pays d'origine sont toujours considérées comme supérieures à celles de ce pays-ci. Le cordon ombilical n'est toujours pas coupé trois générations plus tard. Une catastrophe pour tout processus d'intégration."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir