Zonings wallons modernisés: 200 ha de plus par an

Les 262 zonings de Wallonie abritent des milliers d’entreprises et constituent un aspect majeur du développement économique. Mais ils n’ont pas toujours évolué et ne répondent plus tous aux exigences nouvelles des sociétés qui souhaitent s’y installer: besoin de communication, de raccordement aux réseaux numériques, de prise en compte de la mobilité et de l’environnement…
Voilà pourquoi le Gouvernement wallon lance une réforme des parcs d’activité économique qu’il veut moderniser.

Fin des subsides automatiques
A partir d’aujourd’hui, le Gouvernement wallon refuse de subsidier un zoning qui ne répond pas au cahier des charges qu’il a élaboré. Plus question, dit Maxime Prévot, d’allonger systématiquement 80% de subsides pour n’importe quel projet. "Le taux sera moindre: 65%. Mais, précise-t-il, il y aura des subventions additionnelles, au plus on orientera le zonings vers des enjeux d’intérêt régional plutôt que sous-localistes ou si on répond aux impératifs du numérique, de la fibre optique, du développement durable…"
Les subsides pourront augmenter jusqu’à 85% si, par exemple, le zoning se spécialise dans un secteur d'activité, s’il installe des éoliennes, s’il reconvertit des friches industrielles, s’il redynamise un vieux parc.

Répartir autrement le même montant
400 millions sont disponibles pour l’ensemble de la législature. Cette somme-là n’augmente pas. Elle est juste distribuée différemment: il n’est officiellement plus question de répartir l’enveloppe, par exemple, au prorata d’une distribution provinciale sans vraiment tenir compte de la qualité des projets. Les meilleurs seront les mieux servis, assure le ministre.
Pour les intercommunales déjà inscrites dans un mouvement d’excellence, c’est plutôt une bonne nouvelle. Cela ne fera que renforcer une inclination assimilée de longue date. Cela peut se comprendre surtout lorsque les moyens publics rétrécissent, explique Stéphanie Bonmariage, responsable de la cellule Attraction et Investissement du Bureau Economique de la Province de Namur. "On va devoir, dans le futur, utiliser les moyens publics en regroupant les investissements où c’est le plus pertinent. Donc, conclut-elle, cette tendance va s’accentuer."

Simplification
En contrepartie des contraintes qu’il impose, le Gouvernement promet de simplifier les règles administratives et de les accélérer. Ainsi, selon qu’il s’agit d’une procédure simplifiée ou ordinaire, les délais de décision seront ramenés à maximum 80 ou 120 jours. Et en l’absence de décision, la réponse sera supposée positive.
Autre nouveauté par rapport à l’ancienne version du décret: les opérateurs privés pourront conclure des partenariats avec les intercommunales pour financer les infrastructures des zonings qui les intéressent. En revanche, les communes, elles, ne pourront plus déposer de projets. C’est pour éviter, dit le Gouvernement, un développement anarchique et sous-localiste.

200 nouveaux hectares par an
Avec ce plan, le Gouvernement wallon espère mettre chaque année 200 hectares de plus, avec un équipement de pointe, à disposition des entreprises. Pour l’opposition MR qui réagit à cette annonce, c’est le signe, dit Pierre-Yves Jeholet, que "notre constat, connu de tous depuis très longtemps, semble être arrivé sur la table du Gouvernement wallon." Cela étant, il faut encore préciser que ce projet du Gouvernement doit maintenant obtenir l’aval du Parlement wallon. Inutile de préciser que le principe en est d’ores et déjà acquis.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK