Zoé Genot: "Reynders trouve toutes sortes d'excuses pour ne pas aider Ali Aarrass"

Zoé Genot: "Ali Aarrass a besoin de son pays, mais celui-ci est aux abonnés absents"
Zoé Genot: "Ali Aarrass a besoin de son pays, mais celui-ci est aux abonnés absents" - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

"Sa santé s'est vraiment dégradée, il n'a plus rien avalé depuis le 25 août." Engagée dans la défense des droits d'Ali Aarrass, la députée bruxelloise Zoé Genot (Ecolo) tire la sonnette d'alarme.

Ce ressortissant belgo-marocain est détenu au Maroc depuis sa condamnation à 12 ans de prison en 2012. Ses avocats, dont les arguments ont été suivis par plusieurs associations (la Ligue des Droits de l'Homme, MRAX, Amnesty), dénoncent des aveux extorqués sous la torture au Maroc; aveux qui ont mené à sa condamnation pour complicité d'actes terroristes. Des images interpellantes de son état en prison ont récemment été publiées par ces associations, et des mobilisations pour le soutenir se font jour.

Une condamnation à partir d'aveux extorqués sous la torture

S'il est en grève de la faim, c'est pour deux raisons, explique Zoé Genot. "Il a été jugé au Maroc à deux reprises, et il voudrait pouvoir aller en cassation pour faire appel." Ce qui justifie cette démarche? La députée explique: ses avocats belges ont constaté que les bases sur lesquelles il a été condamné sont les aveux qui ont été faits sous la torture. "Il a disparu 12 jours dans ces fameux centres de torture, et il en est ressorti en ayant signé des aveux qui sont les éléments sur lesquels se  base sa condamnation."

"Ce n'est pas seulement lui, mais le rapporteur de l’ONU qui a établi qu'il y a eu torture", ajoute-t-elle.

Mais ce n'est pas son unique demande. "Il souhaite que la Belgique s’occupe de lui", explique Zoé Genot. Une demande tout à fait légitime, estime la députée écologiste. Mais il y a un hic: le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR), ne serait pas très actif pour défendre ce concitoyen. "Reynders trouve toutes sortes d’excuses pour ne pas le faire."

"Ali Aarrass a besoin de son pays, mais celui-ci est aux abonnés absents"

Ali Aarrass ferait-il les frais d'une politique de "deux poids deux mesures", à cause de sa binationalité? Zoé Genot en est convaincue. Elle avance ses arguments. "Les réponses de monsieur Reynders sont vagues et flottantes. Tout d'abord, il nous dit que nous n'intervenons jamais dans des dossiers de binationaux. Or, un travail réalisé à l'ULB montre le contraire."

"Ensuite, il dit que la Convention de La Haye prévoit que on ne s’occupe pas de la personne quand elle est dans son deuxième pays. Mais le Maroc n’est pas signataire de la Convention de La Haye!" Zoé Genot rappelle surtout les deux condamnations dont la Belgique a déjà fait l'objet, dans ce dossier: "Des tribunaux belges disent que la Belgique doit intervenir pour assister monsieur Aarrass. Et que fait monsieur Reynders ? Il envoie une lettre aux autorités marocaines, qui répondent que monsieur Aarrass  va très bien!"

Ce que les soutiens d'Ali Aarrass demandent, c'est une visite consulaire sur place. "C'est comme cela que ça se passe normalement: on envoie un ambassadeur ou un consul... Ne pas le faire est un mauvais signal pour les binationaux. Et c'est un mauvais signal, si on veut que tout le monde se dise pleinement citoyen."

Regardez l'interview de Zoé Genot à Matin première:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK