Zakia Khattabi (Ecolo): "Nous entrons en 2017 avec enthousiasme, mais sans naïveté ni aveuglement"

Zakia khattabi : « Un nouveau monde plus solidaire se construit déjà aujourd’hui »
Zakia khattabi : « Un nouveau monde plus solidaire se construit déjà aujourd’hui » - © Tous droits réservés

Les résultats de la récente enquête Noir-Jaune-Blues sont un camouflet pour le monde politique dans son ensemble. Les invectives entre le MR et le PS en sont l'illustration par l’absurde. Ecolo sort-il son épingle du jeu? Zakia Khattabi, coprésidente du parti veut mettre le citoyen au centre du débat politique, mais sans détruire les institutions pour autant. Et parmi les grands chantiers à mettre en oeuvre, il faut changer le modèle de la sécu. 

Décidément l’époque des vœux s’apparente à ce "blue monday", la journée la plus déprimante de l'année 'fêtée' ce lundi 16 janvier. Alors que la N-VA célèbre l'an neuf en annonçant de nouvelles économies dans la sécurité sociale et que le MR dit vouloir sauver la sécu, Ecolo évoque la jeunesse alternative. La solution viendrait-elle du citoyen?

La réponse d’Ecolo est plus complexe: "Nous entrons en 2017 avec enthousiasme, mais sans naïveté ni aveuglement. Nous n’attendons pas un 'Grand Soir' qui arriverait en dehors de nous et viendrait tout changer. Mais nous sommes optimistes car un nouveau monde plus solidaire pour un monde plus juste se construit déjà aujourd’hui."

Le défi est d’autant plus grand que l’enquête Noir-Jaune-Blues montre que, face aux 25% des citoyens qui veulent mettre en place le futur sans attendre grand-chose du politique, les autres se replient dans l’identitaire et appellent de leurs vœux un pouvoir fort.

Si vous fermez les yeux et pensez au monde que les partis traditionnels vous proposent, cela ne donne pas envie

"La confiance ne se décrète pas, elle se construit ", argumente la coprésidente d’Ecolo : " C’est à travers la cohérence entre le discours politique et les actes que l’on pose, que cette confiance se rétablira. On mise sur la génération du changement pour renouer le lien entre le politique et le citoyen." Mais pas question, comme certains le prônent, de "brûler les institutions".

Le PTB passe devant

Face aux (bons) résultats engrangés par le PTB, Zakia Khattabi répond que le Parti des Travailleurs de Belgique bénéficie de "la virginité du pouvoir". Mais que dans le même temps, Ecolo ne se contente pas de réformer et de mettre des rustines. " Nous remettons en question le modèle dans lequel nous vivons. Cela bouscule et fait peur. "  

Les vœux du MR, de la N-VA et du PS vous font-ils rêver?

En guise d’illustration, l’écologiste pose cette simple question: "Qu’y a-t-il d’enviable dans ce que le MR, la N-VA ou le PS ont mis sur la table lors de la présentation de leurs vœux? Si vous fermez les yeux et pensez au monde que les partis traditionnels vous proposent, cela ne donne pas envie. Les résultats de l’enquête sont donc compréhensibles. "

Quel avenir pour la sécu?

Face aux critiques d’Elio Di Rupo sur la destruction -par le gouvernement fédéral- du modèle belge de la sécurité sociale, Zakia Khattabi répond ne pas vouloir entrer dans les querelles de façade qui opposent le MR au PS. " C’est le 'je t‘aime moi non plus'. Ils mettent en avant ce qui les divise, mais beaucoup de choses les rassemblent. " Et de citer l’affaires des jetons de présence chez Publifin ou le décumul des mandats. Le PS n'échappe pas davantage à la critique: " Que Di Rupo se préoccupe sincèrement de la sécu, là où il peut montrer l’exemple, dans la lutte contre le pauvreté et les allocations familiales."

Pour Ecolo, cette rivalité MR/ PS occulte l’enjeu fondamental de la réforme de la sécu: "En France un vrai débat émerge autour de l’allocation universelle. Ici, on réforme la sécu dans une vision purement budgétaire, voire dans un détricotage des solidarités."

La solution pour ne pas poursuivre dans cette voie, suivie par tous les gouvernements successifs, consiste pour la coprésidente des verts, à ne plus considérer la sécurité sociale comme une variable d’ajustement budgétaire. "Tant qu’on accepte ce modèle créé en 1945, basé sur un modèle familial, sur la croissance et le travail, on continuera à détricoter ce qu’il en reste."

Quant au livre de Jacqueline Galant qui a fait le buzz ce week-end, Zakia Khattabi n’en retient que deux choses: la vulgarité dans la forme, et l’aveu qu’au sein du gouvernement, le Premier ministre a demandé à sa ministre des Transports de l’époque de mentir: " Les déclarations indiquent bien qu’il n’y aura pas de budget dégagé pour le RER. "  

En ce blue monday, la politique a fait sa rentrée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK