Yvan Mayeur: "Nous espérons toujours le maintien des festivités pour le 31 décembre"

Yvan Mayeur sur la sécurité des Plaisirs d'Hiver: "Tout est fait pour éviter des situations comme à Berlin"
Yvan Mayeur sur la sécurité des Plaisirs d'Hiver: "Tout est fait pour éviter des situations comme à Berlin" - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur a réagi suite à l'attentat de Berlin de lundi soir où au moins 12 personnes ont été tuées et 48 autres blessées.

En conférence de presse, il a tout d'abord exprimé "toute sa compassion pour les victimes" et a tenu à rassurer les visiteurs sur la sécurité des Plaisirs d'Hiver, marché de Noël bruxellois. Le feu d'artifice du 31 décembre devra, par contre, passer par une nouvelle évaluation. 

Des blocs de protection

Le bourgmestre affirme: "La police évalue tous les jours la situation. Les dispositifs déployés sont très importants. Et ce qui s'est passé à Nice et hier à Berlin rentre dans nos modèles de sécurité. "

Suite à l'attentat de Berlin, continue Yvan Mayeur, "j'ai demandé de refaire un contrôle complet. La police confirme que le dispositif est adéquat. Tout est fait pour éviter des situations comme hier."

Il détaille: "Si vous regardez tout le périmètre des Plaisirs d'Hiver, vous verrez des blocs de protection. Parfois ils sont visibles, parfois non. A certains endroits ce sont des véhicules de la police car on ne peut pas toujours mettre des obstacles fixes".

Une nouvelle évaluation pour le maintien des festivités du 31 décembre

Il s'est ensuite exprimé sur les festivités - notamment le feu d'artifice - du Nouvel An: "Nous espérons toujours le maintien des festivités pour le 31 décembre. Mais - vous comprenez - elles méritent une nouvelle évaluation de sécurité." 

Il a par ailleurs évoqué le résultat exceptionnel des Plaisirs d'Hiver cette année. "Il y a un retour des gens dans le centre-ville", s'est-il réjoui, "les Bruxellois, les visiteurs belges et étrangers sont présents en très grand nombre aux Plaisirs d'hiver."

Pour conclure: "Nous devons tous continuer à vivre, mais il faut être vigilant."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK