Yvan Mayeur (PS): "Bien sûr que tout politique aspire à être réélu"

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles secoue la capitale. Yvan Mayeur a lancé de gigantesques projets. Quelle est son influence, quelles sont ses missions ? Ce mercredi soir, le magazine Questions à la Une décortique les pouvoirs du bourgmestre. "On ne fait pas cela pour se sacrifier après sur la Grand-Place. Je veux poursuivre mes projets, et donc je dois être réélu", assume Yvan Mayeur.

Un bourgmestre détient beaucoup de pouvoir. Notamment en matière de sécurité. Sa mission touche les habitants au quotidien. Voilà pourquoi le poste est un atout stratégique dans une carrière politique. Il offre une base politique et une assise électorale. Cela permet aussi de rester en contact "avec les vrais problèmes des vrais gens". Jusqu'où s'étend ce pouvoir ? Comment la loi encadre-t-elle les pratiques politiques ? Sont-ils bourgmestre à tout prix ?

Chaque bourgmestre se bat pour sa commune. C'est une activité prenante et captivante, qui nécessite de tisser des réseaux et d'activer de nombreux leviers pour développer sa ville. "Moi, je suis pour qu’on puisse se battre pour obtenir des projets pour sa ville, admet Yvan Mayeur. Tout le monde le fait !" Et vous utilisez aussi vos cartes politiques ? "Que voulez-vous que j’utilise d’autres comme moyens..."

"Les gens ont le droit de venir nous demander un logement ou un emploi !", lance provocateur le bourgmestre de Bruxelles. "C'est leur réalité ! À nous de répondre correctement, et de les aiguiller." Comment rendre service à la population, rester disponible, sans tomber dans les dérives du clientélisme ?

L'exercice s'apparente parfois à un tour d'équilibriste pour le maïeur, car les sollicitations sont nombreuses. La ministre Joëlle Milquet (cdH), par ailleurs également conseillère communale bruxelloise, accuse depuis les bancs de l'opposition. "Il y a encore des pratiques condamnables. Cela ne va pas du tout, et pourtant cela se passe encore en 2015."

Les autorités bruxelloises doivent assumer la sécurité de la capitale. "C'est une mission très lourde, explique Yvan Mayeur. C’est bien d’encadrer les chefs d’État, Barack Obama ou le président chinois. Mais il faut aussi aider les gens dans les quartiers."

L'automne dernier, le bourgmestre avait voulu annuler le feu d'artifice du Nouvel An. Il a finalement changé d'avis. "Ce n'était pas facile comme bourgmestre d'organiser cela malgré tout. Je vis cela avec une crampe au ventre jusqu'à la fin de l'événement."

Retrouvez Yvan Mayeur, mais aussi Jacqueline Galant (MR), Jean-Michel Javaux (Ecolo), Maxime Prévot (cdH) et d'autres bourgmestres dans "Questions à la Une" ce mercredi soir, dès 20h20 sur la Une.

Rentrée de Questions à la Une: "Votre bourgmestre a-t-il le bras long?"
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK