Xavier Delwarte (Inter Environnement Wallonie): "Les produits phytosanitaires sont les ennemis des agriculteurs"

Xavier Delwarte: "Aujourd’hui, 80% des céréales produites servent à nourrir le bétail. Cela ne va pas".
Xavier Delwarte: "Aujourd’hui, 80% des céréales produites servent à nourrir le bétail. Cela ne va pas". - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Ce lundi, est le dernier jour pour visiter la Foire agricole de Libramont. L’occasion, pour inter Environnement Wallonie, d'interpeller le gouvernement wallon sur le rôle qu'il doit jouer pour ouvrir la voie à une 'nouvelle agriculture'.

Inter Environnement fédère 150 associations au service de l’environnement. Et son combat est multiple, explique Xavier Delwarte, chargé de mission. Selon lui, une partie de l’agriculture est très dommageable pour l’environnement. Notamment pour l’effet de serre. "Mais il y a une autre agriculture, qui coexiste avec la première et souffre de prix qui ne sont plus rémunérateurs. Il faut un autre projet de société qui tienne compte du citoyen et de la protection de la nature."

C’est un service environnemental en faveur de la planète

Et surtout, Inter Environnement plaide pour une réorientation des pratiques, dont celle de l’agriculture biologique: "Elle représente 10% des agriculteurs wallon. Il faut protéger nos haies et nos tourbières. Il faut favoriser des filières. C’est un service environnemental en faveur de la planète."

Un sol vivant plutôt qu’un sol sans vie

Et cette tendance à la 'réorientation' de l’agriculture était particulièrement présente A la "Petite Foire", proche de l’événement de Libramont. Cette petite foire est l'initiative d’une organisation du mouvement d’action paysanne qui favorise la souveraineté alimentaire. "La Grande Foire disait vouloir ‘nourrir la ville’. Pour voir ce que c’est que de nourrir la ville ou la campagne, il fallait aller à la petite foire où des petits agriculteurs, bio ou non, ont une démarche favorable à une agriculture qui gère les ressources et notamment le sol qui ne doit pas être un simple support physique, mais un sol vivant avec des plantes, des insectes et des oiseaux. Le contraire d’un sol sans vie".

Les agriculteurs ont-fait des progrès remarquables? Xavier Delwarte est mitigé: "Il est difficile de parler de progrès alors que 80% des agriculteurs, principalement des agriculteurs familiaux, ont disparu. L’agriculture paysanne est en train de disparaître." Inter Environnement plaide donc pour un projet de société "avec de l’environnement et une alimentation saine et de qualité".

Et cette amélioration passe, selon lui, par la diminution du recours aux produits phytosanitaires. "Le but est d’arrêter les ‘fitos’ car c’est l’ennemi des agriculteurs et beaucoup de politiques l’ont compris." Parmi les bons points, Xavier Delwarte pointe la protection des eaux et des haies.

Des primes ou des prix?

Va-t-on vers le juste prix plutôt que vers les primes? Pour le représentant d’Inter Environnement, il n’y aura pas de nouvelle agriculture sans le juste prix. "La plupart des produits viennent de l’étranger il faut plus d’agriculture locale avec des commerces chez les agriculteurs.

Le 1er juin la Commission européenne présentait son projet de réforme de la Politique Agricole Commune (PAC).  Un projet qui doit encore être approuvé par le Parlement européen et par le Conseil de ministre.

Wavier Delwarte, salue la ‘conditionnalité renforcée’ que contient ce texte: "Sur les 1er et  2e piliers (les revenus des agriculteurs et les services environnementaux), Plus d’attention sera portée sur le maintien des haies et la réduction des pesticides. Il y a un plan stratégique qui établirait des indicateurs des résultats à obtenir dans un temps donné. Il existe une volonté d’aller vers une autre agriculture." Et dans ce cadre, l’Inter Environnement Wallonie entend être consultée.

En voulant nourrir le monde on tue aussi les agricultures d’Asie et d’Afrique

Mais la PAC a aussi son côté sombre: "La politique de la PAC -fixée pour la période 2021-2027- est orientée vers le marché mondial. Sa volonté est encore de nourrir le monde, mais en voulant nourrir le monde on tue aussi les agricultures d’Asie et d’Afrique. Il faut une agriculture qui nourrit son territoire comme la Wallonie pour nous. Il faut favoriser l’agriculture locale et surtout la transformation. Aujourd’hui, 80% des céréales produites servent à nourrir le bétail. Cela ne va pas".

Le Bio et la PAC

La PAC est-elle suffisamment ambitieuse en matière d’agriculture bio? Pas sûr. Pour Xavier Delwarte, "On peut parler d’une réduction de 25% du budget sur le 2ème pilier qui concerne le bio. Il faut revoir cet aspect, et cela dépend de la volonté de l’Europe et des Etats. Les Etats ont tous un poids sur l’a politique agricole commune".

I have a dream

Le "rêve" de Xavier Delwarte est de pouvoir disposer de beaucoup d’agriculteurs sur tous les territoires. "Qui puissent nourrir leurs populations locales en maintenant un environnement de qualité avec une richesse sur les insectes et les oiseaux. Et que cela soit viable et savoureux."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK