Willy Taminiaux, ancien ministre socialiste wallon, est décédé

L'ancien ministre socialiste Willy Taminiaux est décédé ce samedi à l'âge de 79 ans. Beaucoup retiendront de cet homme politique assez atypique son approche conviviale. Qu'il soit dans son quartier ou au parlement, il avait partout la même simplicité, le même ton. Et comme il aimait souvent le rappeler, il ne faut jamais trop se prendre au sérieux et surtout, ne jamais oublier de rire. Dans le même temps, il était un homme politique engagé qui a mené de multiples combats.

Ministre wallon et bourgmestre de la Louvière

Parlementaire depuis 85, cet instituteur de formation et de profession, a été ministre wallon de l'action sociale, du logement et de la santé de 94 à 99. Il a également présidé l'Union des villes et communes wallonnes. Et, de 2000 à 2006, il a été bourgmestre de La Louvière. Aux élections communales de 2000, Willy Taminiaux cartonne. Et l'extrême-droite qui avait obtenu 6 ans plus tôt, 15% et décroché 6 sièges au conseil communal, est laminée. Pour beaucoup, c'était dû à l'effet Taminiaux. Après les élections de 2006, il se retire de la vie politique. Et c'est Jacques Gobert qui lui succède comme bourgmestre de la Louvière.

Son combat pour la région du Centre

La région du Centre, une région coincée entre Charleroi et Mons-Borinage. Pour Willy Taminiaux, il était indispensable de donner à sa région une vraie existence politique et administrative. Désormais, c'est chose faite et pour bon nombre, son rôle a été considérable. La région du Centre est devenue un arrondissement aux contours cohérents. Il avait, pour y arriver, créé la Communauté urbaine du Centre. Il s'est également énormément impliqué pour que le nouveau Canal du Centre qui traverse La Louvière puisse voir le jour et notamment en permettant la construction de l'ascenseur à bateaux de Strépy-Thieu. Mais Willy Taminiaux avait aussi d'autres engagements sociaux et associatifs, notamment pour aider les personnes handicapées.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK