Willy Borsus (MR), ministre-président wallon: "Il pourrait y avoir des grèves dans les organismes publics aujourd'hui"

Le ministre-président en a profité pour tacler la FGTB-CGSP qu'il estime être "à l’offensive avec un message politique".
Le ministre-président en a profité pour tacler la FGTB-CGSP qu'il estime être "à l’offensive avec un message politique". - © Capture RTBF

Le ministre-président du gouvernement Wallon Willy Borsus (MR) était l'invité de Thomas Gadisseux dans Matin Première ce vendredi. Il a évoqué les préavis de grève déposés au niveau wallon, la journée du MR à Walibi, et le discours qu'il prononcera ce samedi après-midi à Namur à l'occasion des Fêtes de Wallonie. 

Il a annoncé avoir reçu un préavis de grève ce jeudi concernant l'ensemble des OIP (organisme d'intérêt public): l'Aviq, le Forem,... "Trois préavis de grève sont déposés au niveau wallon, a déclaré Willy Borsus. Il y a en a un qui concerne les actions globales du 10 octobre, et deux autres qui concernent l’administration, d’une part, et l’ensemble des OIP. Il pourrait y avoir des grèves aujourd’hui". 

La RTBF a contacté les différents organismes publics, aucun mouvement syndical ne semble être prévu aujourd'hui. Cela dit, un préavis de grève a effectivement été déposé par la CGSP pour permettre aux membres du personnel des services publics wallons de se rendre à la manifestation devant le Comité National des Pensions ce vendredi à Bruxelles. 

La FGTB a un message politique

Le ministre-président en a profité pour tacler la FGTB-CGSP qu'il estime être "à l’offensive avec un message politique". "C’est un préavis de grève que nous avons reçu hier, ce qui indique la mentalité dans laquelle un certain nombre se trouvent aujourd’hui, explique Willy Borsus. Je ne veux pas globaliser l’ensemble des formations syndicales et des travailleurs, mais dans ces conditions, comment s’inscrire dans une démarche de service pour les gens et pour la Wallonie?

Pour le ministre-président libéral, il s'agit d'une stratégie politique menée par le syndicat socialiste. "Les préavis de grève qui sont déposés ont pour but principal d’installer une nouvelle majorité, prétend Willy Borsus. Une majorité pour amener les communistes au pouvoir en Wallonie. Est-ce qu’on se rend compte de cette proposition? [...] C’est la première fois que de façon aussi éclatante un syndicat annonce plaider pour une alliance qui va rassembler PS, Ecolo et le PTB. C’est donc une situation où on offre aux Wallons un virage à gauche toute, vers la gauche extrême​​​​​". 

Economies en Wallonie et le MR à Walibi: "deux dossiers différents"

Une journée parlementaire du MR a eu lieu récemment à La Hulpe avec un banquet et une nuit à l’hôtel. Le parti a également invité ses militants pour une journée à Walibi dont le coût estimé 340 000 euros. Au même moment, Willy Borsus martèle qu’il faut rationaliser les dépenses publiques en Wallonie. "Nous avons deux situations différentes, réagit le ministre-président. Nous avons un parti qui organise, avec l’argent de ses cotisants, un événement particulier tous les deux ans, et puis nous avons une volonté de rationaliser un certain nombre de structures publiques, de réorienter les choix politiques, ainsi qu’un certain nombre de budgets au niveau wallon. Ce sont évidemment deux dossiers différents".

La Wallonie ne va pas bien

Chaque année, le ministre-président wallon donne traditionnellement un discours lors des Fêtes de Wallonie qui ont lieu ce week-end. Willy Borsus a l'intention de tenir un discours positif, mais aussi réaliste: "On sait que la Wallonie ne va pas bien. Les indicateurs le montrent. 26% des Wallons sont aujourd’hui confrontés au risque de tomber dans la pauvreté. Le diagnostic est donc hélas sévère. Ce sera également un discours déterminé car des éléments de rupture sont indispensables, ils vont être rapides et relativement immédiats, par exemple en ce qui concerne les rationalisations de structures, les réorientations budgétaires, les réformes des aides à l’emploi, l’investissement dans le soutien des PME, des indépendants, ou encore dans l’orientation d’un certain nombre de moyens vers la transition écologique. Enfin, ce sera un discours optimiste car nonobstant le constat difficile de notre situation actuelle, je crois dans nos capacités, dans celles des Wallonnes et Wallons, des PME, des universités, … Allons de l’avant ensemble, mais on ne réussira qu’au prix d’un certain nombre de réformes. C’est le message vérité que je veux partager".

Enfin, Willy Borsus a abordé la "tornade éthique" qui avait été annoncée par le précédent gouvernement wallon suite au scandale Publifin. Les grands patrons des structures publiques allaient notamment se voir rabaisser leur salaire. Aujourd’hui, on voit que le patron de l’aéroport de Liège va ré-augmenter son salaire, et que Stéphane Moreau est toujours en place avec le même salaire. Le nouveau gouvernement MR-cdH aurait-il jeté cette "tornade éthique" à la poubelle? "On ne jette absolument pas cette tornade éthique à la poubelle, on complète, répond l'ancien ministre fédéral de l'Agriculture. Plus de 50 mesures vont être déposées à court terme sur la table soit du parlement, soit du gouvernement. Certaines vont dans la lignée du précédent gouvernement, d’autres vont plus loin encore".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir