Willy Borsus: "Il y a un défi wallon à relever"

Willy Borsus, futur ministre-président du gouvernement wallon
Willy Borsus, futur ministre-président du gouvernement wallon - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Willy Borsus n'a pas hésité à répondre positivement lorsque le président de son parti (le MR) lui a demandé de devenir ministre-président du gouvernement wallon, explique-t-il à Robin Cornet : "Il y a un défi wallon à relever. Je ne pourrai jamais me satisfaire du fait que notre Région soit à la traîne. En Wallonie, une personne sur quatre (ou sur cinq au grand maximum) est confrontée aujourd'hui à la pauvreté ou risque d'y être confrontée à court terme. Dans certaines parties de la Wallonie, le taux de chômage des jeunes dépasse les 30%. Par rapport à la Flandre, le taux d'emploi est de 10% inférieur en Wallonie. Nous avons toutes les capacités de faire que notre Région rejoigne allègrement la moyenne des régions européennes".

Mettre le pied à l'étrier

Le futur gouvernement wallon "veut réformer l'accompagnement des chômeurs. Le marché de l'emploi est demandeur d'un certain nombre de qualifications. L'accord de gouvernement a fait le choix d'inciter, d'accompagner, d'orienter. Et aussi de réformer les structures du Forem de manière à ce que l'on puisse, aussi efficacement que possible, être l'outil, la structure qui sera aux côtés de celui qui a besoin d'un coup de pouce de manière à lui mettre le pied à l'étrier d'une véritable carrière professionnelle".

Willy Borsus veut aussi se pencher sur les nombreuses associations qui ont été créées autour du Forem pour s'occuper de la mise à l'emploi: "On doit aujourd'hui penser efficacité. Comment peut-on éviter que trop de structures deviennent l'ennemi du bien".

"Je ne m'attends pas à ce que notre tâche soit facile"

Selon le programme gouvernemental "200 postes d'administrateurs et 20 structures régionales et pararégionales vont disparaître. Je ne m'attends pas à ce que notre tâche soit facile" poursuit Willy Borsus, qui ambitionne de faire "une gouvernance moderne".

Il veut aussi, "petit à petit, ramener du pouvoir d'achat au bénéfice des gens parce que les prélèvements fiscaux et parafiscaux dont trop importants dans notre Région. Nous ne sommes pas là pour taxer les Wallonnes et les Wallons", promet-il à, propos de la suppression de la télé-redevance.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK