Walter Benjamin, rescapé des attentats du 22 mars, se présente pour le MR aux communales à Uccle

Walter Benjamin, apparu pour la première fois dans les médias à la suite des attentats du 22 mars 2016, occupera la 39e place sur la liste MR dans le cadre des élections communales de 2018. L'homme qui ne s’était jamais engagé en politique explique son choix à la RTBF.

"Tout d’abord, je viens d’une famille libérale. Ça s’est fait naturellement: Eric Sax (ndlr: échevin MR à Uccle) et moi étions amis sur Facebook puis nous avons noué une véritable amitié. On s’est revu à plusieurs reprises", témoigne Walter Benjamin.

Quand il a déménagé à Uccle il y a quelques semaines, une ville où il a habité quasi toute sa vie, il a prévenu l'échevin ucclois. Selon l'auteur du livre "J'ai vu la mort en face", Eric Sax lui a dit : "Il faut que tu nous rejoignes. Je pense que tu peux apporter de bonnes choses pour les personnes à mobilité réduite."

Et c'est justement les intérêts des personnes à mobilité réduite, des femmes enceintes que compte défendre Walter Benjamin. "Avec mes mots, je crois que j’ai réussi à fédérer beaucoup de gens. Et c’est à cela que je veux travailler à cela aussi", ajoute-t-il.

Un choix qui surprend  

En mars 2017, celui qui a perdu une jambe dans l'attaque terroriste s'en est pris vivement au gouvernement et à Charles Michel (MR) : "A tout ce gouvernement, je vous dis merde et je préfère ne pas être présent à vos cérémonies de merde. Allez vous faire foutre", avait-il notamment déclaré dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. 

Son choix d'occuper une place sur une liste MR en étonnera donc plus d'un. L'intéressé ne cache pas avoir eu des divergences avec le Premier ministre : "Ce n’est pas un secret de polichinelle que j'avais de solides différends avec Charles Michel."

Il explique ce qu'il l'a convaincu de franchir la porte des libéraux : "Il y a quelques jours, le Premier ministre m’a contacté en personne pour qu’on se rencontre. Nous avons eu une très longue conversation. Dans toutes les familles, il y a des disputes. C’est la même chose entre le Premier ministre et moi. Je ne vous cache pas que je suis resté poli, mais j’ai sorti tout ce que j’avais sur le cœur. Il m’a rassuré sur beaucoup de sujets."

"Professionnels de la vie" 

Le bourgmestre d'Uccle, Boris Dilliès (MR) ne connaissait pas Walter Benjamin personnellement. Ils se sont rencontrés pour échanger leurs points de vue à la demande d'Eric Sax. "Suite à cette longue conversation, il m’a confirmé qu’il voulait s’engager, ce n’est pas un candidat de decorum."

Le MR à Uccle entend laisser des places libres pour les citoyens sur sa liste: "Une liste aux élections communales ne doit pas être seulement composée de professionnels de la politique, mais également de professionnels de la vie. La moitié de ma liste est composée de candidats qui n’ont jamais été candidat aux élections."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK