Wallons et Flamands votent différemment, mais pensent (presque) la même chose

Les différences entre Wallons et Flamands sont plus marquées dans leurs votes que dans leurs opinions politiques à proprement parler. Voilà les conclusions d’une étude réalisée conjointement par cinq universités belges.

Lors des dernières élections, les Flamands et les Wallons ont clairement voté de manière différente. Dans le nord du pays, le Vlaams Belang a triplé ses scores pour devenir le deuxième parti derrière la N-VA. En Wallonie, ce sont surtout les partis de PTB et Ecolo qui ont gagné du terrain avec une hausse respective de 7,9% et 5,9% lors des élections régionales. "Nous vivons dans deux démocraties", commenterait le président de la N-VA, Bart De Wever.

Si on se base uniquement sur ces résultats des élections de mai, on pourrait donc déduire que les habitants au nord et au sud du pays ont des opinions complètement divergentes. Pourtant, une étude menée par des professeurs du Consortium RepResent vient nuancer cette affirmation.

Offre partisane différente

L’offre partisane est différente au nord et au sud du pays : du côté francophone, elle se situe clairement plus à gauche que celle du côté flamand, cette dernière étant, en moyenne, plutôt de droite.

Les partis politiques francophones se situent en moyenne quelque peu plus à gauche que les partis flamands. Et ce, que ce soit sur des thèmes socio-culturelles et socio-économiques. Pour établir ce graphique de l’étude, les politologues se sont basés sur les réponses des partis aux questions posées dans le test électoral de 2019.

On peut en conclure qu’il existe un large fossé entre les électeurs flamands et wallons, au niveau de leur vote, en tout cas.

Tous au centre

Le comportement électoral est donc bel et bien différent en Wallonie et en Flandre. Mais comment les électeurs se positionnent-ils eux-mêmes sur l’échiquier politique ? Des deux côtés, le plus grand groupe se place précisément au centre (35,6% en Flandre et 35,7% en Wallonie).

Il n’y a donc pas de grandes différences entre l’électeur wallon moyen et l’électeur flamand moyen en termes de placement général gauche-droite. Les différences sont nettement plus faibles que ce que l’on aurait pu attendre en se basant sur le comportement électoral du 26 mai.

L’immigration : différentes perceptions

Les valeurs politiques des Flamands et Wallons ne sont pas tellement divergentes. Il n’y a pas de différences entre les deux groupes en matière de valeurs socio-économiques. Flamands comme Wallons veulent, dans une large majorité, que les grandes fortunes soient plus taxées et que les magasins puissent décider eux-mêmes de leurs jours de soldes. Ils souhaitent tous également qu’une pension minimale de 1500€ soit instaurée, et que l’index ne soit pas supprimé. Les Wallons posent simplement ces affirmations avec un peu plus de force que les Flamands.

Sur les valeurs socio-culturelles il y a quelques indications qui montrent que les Wallons se situent un peu plus à gauche que leurs voisins du Nord. Le seul enjeu qui suscite des opinions plus divergentes est celui de l’immigration, un sujet où les Flamands se positionnent plus à droite que les Wallons. Sur le thème des migrants en transit, on observe par exemple qu’une petite majorité d’électeurs flamands souhaite rendre punissable l’hébergement de migrants, tandis qu’une petite majorité d’électeurs wallons pensent l’inverse.

Au niveau du climat, il n’y a pas de différentes importantes entre Wallons et Flamands. D’un côté, les Flamands sont plus nombreux à vouloir introduire des taxes sur les véhicules consommant des carburants fossiles. De l’autre, les Wallons sont moins en faveur du prolongement des centrales nucléaires.

Priorités différentes, solutions similaires

Les chercheurs des universités d’Anvers, de Louvain (KULeuven et UCLouvain) et de Bruxelles (ULB et VUB) ont aussi voulu savoir quelles étaient les priorités des Wallons et des Flamands. Pour ce faire, ils ont posé la question : "Pouvez-vous indiquer quels seraient les thèmes les plus importants pour déterminer votre vote si les élections avaient lieu maintenant ? Vous pouvez indiquer un maximum de deux thèmes."

Il en ressort que les priorités sont différentes au nord et au sud du pays. En Flandre, c’est l’immigration qui est la priorité numéro une, suivie de la sécurité sociale et de la fiscalité. Le thème de l’environnement n’arrive qu’en cinquième position. En Wallonie, c’est l’emploi qui préoccupe le plus les électeurs wallons. Viennent ensuite l’environnement et la sécurité sociale.

Les thèmes qui intéressent le moins les Flamands et les Wallons sont les mêmes : la défense, les réformes de l’État et la démocratie.

Même si les Wallons et les Flamands ont voté différemment lors des dernières élections, leurs opinions politiques ne varient pas tellement. Il n’y a pas de différences significatives sur les valeurs socio-économiques, tandis que les Flamands se situent un peu plus à droite sur les valeurs socio-culturelles, comme l’immigration.

L’étude montre également que les Wallons et les Flamands divergent d’avis quand ils indiquent quels problèmes doivent être résolus en priorité. Par contre, ils répondent de manière assez largement similaire sur les méthodes à utiliser pour résoudre un problème.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK